Armée du Salut - Établissements - Actualités

NewsletterSalut

Abonnez-vous à notre Lettre d'information :

Accès rapide
Sondage express

Quelle action de solidarité préférez-vous entreprendre pour combattre la pauvreté ?

Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Interviews
  • Favoris
  • Partager
  • Imprimer

Les actualités

« Porter du fruit c’est réaliser quelque chose de bon pour les autres »

Publié le : 29 novembre 2013

Paul de Mongolfier, prêtre jésuite est le directeur du Service Jésuite des Réfugiés (JRS) pour la France. Il nous présente ce service et une de ses activités spécifiques en France auprès des personnes réfugiées : le projet Welcome.

Qu’est-ce que le JRS ?

Le JRS est né en 1980 sous l’impulsion du Supérieur Général des Jésuites de l’époque Pedro Arrupe. Ce dernier fut très choqué par sort de milliers de boat people vietnamiens fuyant leur Pays ravagé par la guerre. ll demanda aux Jésuites « d’apporter quelques secours pour soulager cette situation tragique ».  Aujourd’hui le Jesuit Refugiee Service (JRS) est présent dans 53 pays et auprès des personnes sont contraintes de fuir leur pays. En France, le JRS est présent depuis seulement 2006.

Comment expliquer la devise du JRS : Servir, Accompagner et défendre ? 

  • « Servir » traduit ce que Jésus nous dit dans l’Evangile en nous invitant à « porter du fruit ». Porter du fruit c’est réaliser quelque chose de bon pour les autres. Pour nous au JRS et spécialement en France c’est prendre en compte la situation difficile dans laquelle les réfugiés sont et les aider dans leur demande d’être placés sous la protection de la France.
  •  
  •  « Accompagner » c’est se rendre proche de l’autre afin d’être avec lui, de marcher avec lui. Le but est de le rejoindre afin d’établir des liens de respect et d’estime réciproques qui renforcent mutuellement notre humanité. L’hôte, en Français est aussi bien celui qui reçoit que celui qui est reçu.
  •  
  • « Défendre » c’est permettre à la personne de faire valoir ses droits dans la lignée de la charte internationale des droits de l’homme. Il s’agit aussi de lui donner l’occasion de se défendre aussi bien intérieurement qu’extérieurement. Des réfugiés ont été persécutés, ont eu leur intégrité physique menacée. Les défendre c’est leur donner la possibilité d’en parler et d’accorder du prix à cette parole. Un des personnes que nous avons accompagnées qui a obtenu le statut de réfugié nous a dit après : « Ils ont reconnu que je ne suis pas un menteur ».

Présentez-nous le projet WELCOME porté par le JRS en France ?

Il s’agit de demander à des familles, des communautés religieuses d’accueillir gratuitement pour un mois, un demandeur d’asile en lien des associations qui s’occupent des réfugiés. L’accueillant ne se substitue pas aux travailleurs professionnels, il ne pose pas de questions. Il offre un lieu, une relation d’altérité gratuite où le demandeur d’asile peut se poser et éviter ainsi de se sentir écrasé par ses problèmes. Il s’agit de l’inviter à prendre soin de lui afin qu’il passe de l’accueillant. Les demandeurs d’asile vivent des choses inimaginables d’où l’intérêt de trouver un lieu agréable. Les familles et les demandeurs d’asile sont pris en charge par un bénévole, formé, pour faire le lien. Un psychologue bénévole aide également les familles et les demandeurs d’asile à verbaliser.

Propos recueillis par Pierre-Baptiste Cordier-Simonneau


jav-pop.net