Armée du Salut - Établissements - Actualités

NewsletterSalut

Abonnez-vous à notre Lettre d'information :

Accès rapide
Sondage express

Quelle action de solidarité préférez-vous entreprendre pour combattre la pauvreté ?

votes: 7156
17% 17 %
63.6% 63.6 %
14.2% 14.2 %
5.1% 5.1 %
Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Témoignages
  • Favoris
  • Partager
  • Imprimer

Les actualités

Venir en aide aux personnes souffrant de troubles psychiatriques, l’histoire de David.

Publié le : 29 août 2016

La résidence accueil de l’Armée du Salut à Marseille, située dans le même bâtiment que le centre d’hébergement et de réinsertion sociale William Booth, permet de loger en studios et d'accompagner 12 personnes en situation d'exclusion et qui sont atteintes de troubles psychiatriques. Parmi ces personnes, il y a David, 44 ans.

"Je suis arrivé à l’Armée du Salut à Marseille en 2011. Ici, j’ai mon appartement, une chambre, une douche, une cuisine et des voisins avec qui je partage parfois des moments de détente. Avec Daniel, l’éducateur de l’Armée du Salut, nous organisons des sorties pour aller jouer à la pétanque. De temps en temps, je fais du sport comme le yoga. J’aime aller manger au restaurant et regarder des films fantastiques et m’occuper tous les jours des mes oiseaux. J’ai beaucoup d’oiseaux dans ma chambre, d’ailleurs.

Mais ma vie n’a pas été toujours aussi calme et facile. Enfant, j’étais très perturbé, très violent. Abandonné, j’ai été placé à la DDASS jusqu’à mes 13 ans. Et dans la foulée, j’ai été hospitalisé en psychiatrie, jusqu’à l’âge de 15 ans. De nouveau entre l’âge de 16 et 18 ans, je suis retourné à l’hôpital psychiatrique. A l’époque j’avais plongé dans la délinquance. J’étais « un malfaisant » et pour cette raison j’ai fait de la prison. Ma vie était partagée entre la prison et l’hôpital psychiatrique. 

Je n'avais pas de maison où dormir

Après plusieurs passages à l’hôpital, le personnel du service psychiatrique jugeant que je n’étais plus malade m’a dit de quitter les lieux. Je n’avais pas de maison ou appartement où dormir. Je me suis retrouvé à la rue à Marseille pendant 6 mois. Et pour manger je volais ce qui m’a valu de nouvelles peines de prison. 

En arrivant à l’Armée du Salut à Marseille, en 2011, je suis passé de l’inactivité à l’activité. Je me sens mieux. Mes relations sont plus sereines et apaisées avec mon entourage. 

Aujourd'hui, je suis accueilli par l'Armée du Salut 
et je rêve d'avoir ma propre maison

Avant j’étais un délinquant et je faisais du mal aux gens. Aujourd’hui, j’ai changé. Aujourd’hui, je vis à la résidence accueil de l’Armée du Salut où 12 autres personnes sont accueillies. Je me sens en sécurité ici. Je suis accompagné par un éducateur et une travailleuse sociale qui m’aident dans ma vie quotidienne.

Aujourd’hui, satisfaction et réalisation, ce sont les sentiments qui dominent. Aujourd’hui, pour moi l’important est de me maintenir dans mon « chez moi », j’ai connu trop de galères. Mon rêve est de rencontrer l’âme sœur, une personne normale, et de quitter l’Armée du Salut pour trouver un appartement autonome et partager une vie à deux. "

Propos recueillis par Valérie Vadot

 


jav-pop.net