Armée du Salut - Établissements - Actualités

NewsletterSalut

Abonnez-vous à notre Lettre d'information :

Accès rapide
Sondage express

Quelle action de solidarité préférez-vous entreprendre pour combattre la pauvreté ?

votes: 7129
17% 17 %
63.7% 63.7 %
14.2% 14.2 %
5.1% 5.1 %
Vous êtes ici : Accueil > Nous rejoindre > Rejoindre la congrégation > Officier

L'officier

Le service de l'officier est un apostolat : c'est par vocation que l'on devient officier. Il se trouve ainsi lié à la Congrégation par un contrat religieux et non un contrat de travail. Homme ou femme, marié ou célibataire, il travaille à plein temps pour l'Armée du Salut dans un ministère pastoral qui le conduit également à mettre en place des actions de secours envers les plus démunis.

Les salutistes ayant fait leurs preuves dans leur poste et remplissant certaines conditions peuvent faire acte de candidature. Les candidats acceptés suivent une formation théologique et pratique qui dure deux ans. Au terme de leur formation, les élèves officiers sont consacrés au cours d'une cérémonie publique et reçoivent leur premier lieu d'affectation.

L'officier est obligatoirement marié à un autre officier, ou célibataire. Cette contrainte est motivée, depuis les premières heures du mouvement, par la nécessité de partager la même foi, la même vocation et la même disponibilité pour l'Armée du Salut. Néanmoins, depuis quelques années, certaines dérogations peuvent être accordées pour permettre à un officier dont le conjoint est démissionnaire de continuer à exercer son ministère sans être pénalisé par la décision de son conjoint.

L’officier s’engage à :

  • accepter les doctrines et les enseigner loyalement ;
  • se conformer aux ordres et règlements de l’Armée du Salut ;
  • se consacrer de son plein gré au travail de l’Armée du Salut, sachant que l’officier n’est pas sous un contrat légal, mais lié par un engagement spirituel ;
  • accepter les décisions prises par ses chefs, s’acquitter consciencieusement des tâches qui lui sont confiées, et rendre compte de son activité et de sa gestion ;
  • se tenir à une discipline de vie saine et s’abstenir de toute pratique incompatible avec son ministère ;
  • ne rien entreprendre qui porte préjudice à l’Armée du Salut ou qui la discrédite ;
  • gérer ses affaires personnelles et familiales dans la probité, sans rechercher un avantage ou un bénéfice personnel de par sa situation ou sa fonction.