Armée du Salut - Établissements - Présentation

NewsletterSalut

Abonnez-vous à notre Lettre d'information :

Accès rapide
Sondage express

Quelle action de solidarité préférez-vous entreprendre pour combattre la pauvreté ?

votes: 7151
17% 17 %
63.6% 63.6 %
14.2% 14.2 %
5.1% 5.1 %
Vous êtes ici : Accueil > Paroisses > Poste des Lilas > Présentation

Pour communier la foi et partager les expériences

Le poste de Paris-Les Lilas est une communauté de femmes et d'hommes qui se rassemblent pour communier leur foi et partager à travers divers témoignages des expériences avec leur Sauveur. Cette communauté compte près de 540 membres inscrits dont 150 à 200 assistent régulièrement au culte (messe) du dimanche matin.

Plusieurs activités régissent la vie de cette communauté notamment avec de la musique (Fanfare, tambourinaire, G-Thanks et Compagnons de la joie, chorale des enfants...), du social (vente de vêtements, alphabétisations, scouts pour jeunes adolescents, ligue de l'amitié pour personnes agées...), de la formation et des enseignements bibliques. Les membres de cette communauté vivent dans les quatres coins de la région parisienne et l'éloignement pour certains d'entre eux pose un vrai problème pour les déplacements. D'où l'idée du rapprochement des membres du poste vivant dans un même secteur pour vivre des temps de communion, de partage et d'enseignement. 

C'est le projet des Unités de postes qui se met en place.

Histoire du poste

En 1892, soit seulement 11 ans après l'ouverture de l'Armée du Salut en France, La Maréchale ouvre le Poste de La Villette au 32, rue Bouret, non loin du Quai de Valmy (premier emplacement de l'Armée).

Dans le journal "En Avant" du 30 avril 1892, on peut lire : "L'adjudant Roussel prend la parole (...) Une série de témoignages lui succède... Qu'il était réjouissant d'entendre ces vieilles guerrières sauvées qui, depuis quatre, six, neuf ans, sont remplies de ce feu ardent, inextinguible, apanage de tout vrai salutiste!

Ensuite, c'est le tour de cadettes, ces jeunes filles qui ont tout quitté pour répondre à la voix de leur Maître. Il y en a de partout, de Vienne, de Suisse, de Paris. Oh alléluia! parce que dans l'Armée se trouve réalisée la fusion des peuples..."

Le 11 août 1918 a lieu l'enrôlement comme soldat du poste de La Villette de celui qui allait devenir le Sergent-major Méry. Ce fut son ministère pendant plusieurs dizaines d'années. Ses filles, consacrées à La Villette, sont devenues toutes deux officières de l'Armée du Salut. Aujourd'hui retraitées, elles sont toujours membres de notre Poste.

Dans l'En Avant de 1965, le Sergent-major Méry raconte ses débuts : "Il m'est souvent arrivé de passer mes soirées dehors, sur le trottoir, avec la fonction d'empêcher les garnements du quartier de défoncer la porte d'entrée (...) Quand des voyous avaient réussi à s'introduire dans la salle, ils troublaient les réunions, lançant des boules puantes, tournant le robinet de gaz pour éteindre la lumière. Un chenapan voulant me jouer un mauvais tour me pointa un revolver sous le nez et me demanda s'il devait s'en servir. Heureusement que je ne perdis pas contenance ; et du tac au tac lui répondis : je n'en vois pas l'utilité. Alors il rengaina son instrument."

Après guerre, le poste déménage et devient le Poste de Belleville. Les locaux du 32, rue Bouret deviennent un asile pour femme.

 Le 8 novembre 1965, le Général Coutts inaugure ce qui est surnommé alors le Poste du centenaire (1965 marque le centenaire du début de l'oeuvre de William et Catherine Booth en Angleterre). Il s'agit du nouveau Poste de La Villette, qui reprend son emplacement historique au 32, rue Bouret dans un immeuble complètement neuf.

Dans l'En Avant du 27 novembre 1965, on peut lire : "Autour de Halles couvertes, les agents gantés de blanc règlent la circulation. Intrigués, les gens du quartier se mêlent aux salutistes massés sur les trottoirs ; les ouvriers, aux étages supérieurs, sont aux fenêtres, de même que les voisins. Le drapeau flotte en haut des quatre étages du bâtiment. Au-dessus de la porte d'entrée, le titre "Armée du Salut" et sur la façade, une grande mosaïque rouge sombre avec un motif moderne évoquant la croix (...).

La fanfare fait sursauter le voisinage, et, coupant le symbolique ruban tricolore qui barre l'accès, le Général entre, conduit par le Lt-colonel Simonin, à qui revient le mérite d'avoir mené à bien les travaux.

La salle rutile du neuf de ses boiseries vernies et de son fond d'estrade jaune citron."

Le drapeau (probablement le drapeau actuel) a été remis par le Général Coutts à la Capitaine Thomas, première officière commandante du nouveau Poste.

En 1995, le Poste de La Villette déménage aux Lilas, 34 rue de Paris, les Majors Maurice et Ariane Alègre étant officiers. Compte tenu des difficultés d'implantation aux Lilas, le Quartier Général décide de ne pas changer tout de suite le nom du Poste. Dans les années qui suivent, le Poste de La Villette accueille une partie des salutistes issus de Postes parisiens fermés : Ménilmontant, La Cité de Refuge.

Au 32, rue Bouret l'Armée du Salut installe en 1995 la Maison du Partage, accueil social de jour. La présence continue de l'Armée à cet emplacement depuis 1892 en fait un des sites salutistes français les plus anciens.

Au 1er juillet 2002, le Poste de La Villette change de nom pour devenir le Poste de Paris-Les Lilas, les Majors Gossauer étant officiers.

Le 1er avril 2003, le Capitaine Etienne César, petit-fils du Sergent-major Méry, devient officier associé du Poste de Paris-Les Lilas.

Calendrier

Calendrier

L M M J V S D
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29        

Télécharger

Télécharger

Février-Mars 2017

La circulaire du poste.