Témoignage

Pendant le pic du covid, les salariés en insertion ont pris le relais

Publie le : 19 mai 2020
Texte présentation

Alors que la France était à l’arrêt, les personnes en insertion ont redoublé d’efforts et ont continué de travailler, en horaires décalés, parfois de nuit. La Fondation de l’Armée du Salut était présente pour recruter et accompagner ces agents d’accueil, d’entretien ou de désinfection. Entretien avec Mailys Kara, chargée d’insertion sociale et professionnelle à Travail et Partage de l’Armée du Salut, qui a suivi ces salariés de l’ombre. 

Image à la une
don coronavirus, faire un don covid, aider en faisant un don covid, emploi, chantier insertion
Blocks
Redacteur
Texte

Travail et Partage est une association intermédiaire située à Paris, dans le XIIIe arrondissement et dépendant de la Fondation de l’Armée du Salut. Son rôle est de recruter et former des salariés en insertion, avant de les mettre à disposition d’entreprises, d’associations et de particuliers ayant besoin de renfort. Un renfort qui s’est révélé extrêmement utile quand ces clients ont dû remplacer certains de leurs propres salariés qui ne pouvaient plus venir travailler. 

Combien de personnes en insertion ont été sollicitées durant la période de crise sanitaire ? 

Mailys Kara : Plus de 140 personnes ! Dans la deuxième moitié du mois de mars, 79 salariés ont été mobilisés et en avril : 63. Pendant le confinement, nous avons dû recruter des personnes par visio-conférence pour répondre aux demandes des clients et ensuite embaucher des personnes pour Travail et Partage, une association à Paris qui fait partie de l’Economie sociale et solidaire, créée par la Fondation de l’Armée du Salut. Les personnes ont été orientées par Pôle Emploi, le PLIE (plan local pour l’insertion et l’emploi de Paris) ou les missions locales. Elles ont été recrutées en contrat de travail à durée déterminée d’usage (CDDU), à temps complet (35 heures ou plus) et rémunérées au Smic horaire. Le CDDU est un contrat renouvelé tous les mois pour une durée de 24 mois. Les salariés travaillaient tous en horaires décalés (de 7h30 à 21h ou 22heures), certains ont même travaillé le week-end et les jours fériés. 
 

Block: Texte + Image
Texte

Assurer les missions d’agent d’accueil, de nettoyage et de désinfection

Quels secteurs d’activité ont fait appel aux services des salarié-e-s de Travail et Partage ?

M.K. : Pendant cette période de crise sanitaire, nos clients ont été essentiellement les centres d’hébergement et de réinsertion sociale (CHRS) ou des centres d’hébergement d’urgence (CHU) situés dans Paris et dont une partie des salariés était confinée. Ils recherchaient des personnes en insertion vivant à Paris et pouvant assurer, d’une part, les missions d’agent d’accueil et d’autre part, les missions de nettoyage et de désinfection des locaux de ces centres. Masques, gants, surblouses, tous nos salariés étaient équipés pour remplir les missions qui leur étaient confiées. 

Quels sont les parcours de ces personnes en insertion ?  

M.K. : Le profil des personnes recrutées à Travail et Partage est varié : certaines sont au chômage de longue durée, d’autres sont issues d’un parcours migratoire. Certains salariés ont vécu à la rue, d’autres rencontrent des difficultés liées au logement et vivent aujourd’hui en centres d’hébergement et de réinsertion sociale ou centre d’hébergement d’urgence. Nous offrons aussi aux travailleurs handicapés la possibilité de trouver un emploi. 

Texte

Accompagner, conseiller et sensibiliser

Cette crise a-t-elle fait émerger de nouvelles demandes de main d’œuvre ?

M.K. : Oui, la désinfection et le nettoyage ont été les activités principales pour lesquelles Travail & Partage a été sollicité. Aujourd’hui, nos recherches de candidat se focalisent donc davantage sur des personnes maîtrisant les métiers de la désinfection. Nous allons lancer prochainement des formations en lien avec des entreprises spécialisées dans la désinfection pour renforcer les compétences de nos salariés.  

Quel a été rôle de Travail et Partage au cœur de la crise sanitaire ?

M.K. : Nous les avons appelés pour leur dire que nous sommes présents. L’accompagnement s’est reposé sur le lien social : conversation et écoute téléphoniques pour expliquer la situation et les sensibiliser aux mesures de distanciation sociale. Nous avons fait l’intermédiaire avec Pôle emploi, la Sécurité sociale. Nous avons aidé les parents à garder le lien avec l’école et la crèche de leurs enfants. Le confinement n’a pas été facile pour tout le monde même si les salariés que nous suivons se sont bien adaptés à la situation. Nous avons dû gérer à distance la situation des personnes au chômage partiel et qui devaient rester chez elles. Certaines vivent dans des appartements très exigus ou des chambres partagées avec d’autres personnes. Et elles nous ont sollicités pour trouver un autre logement.

 

NB : Si vous habitez à Paris ou en région parisienne, vous pouvez vous aussi faire appel à des salariés de Travail et Partage pour le ménage de votre logement ou encore pour faire réaliser de petits travaux (peinture, plomberie, électricité). Pour cela, il vous suffit d’appeler le 01 44 23 17 20 ou d’écrire à l’adresse contact@travail-partage.org.
 

Nom, prénom témoignage
Mailys Kara
Détail sur la personne
chargée d’insertion sociale et professionnelle à Travail et Partage de l’Armée du Salut