Témoignage

Quand les chefs se mettent au service des sans-abri

Publie le : 4 juillet 2020
Texte présentation

Alors que la France entière était confinée et tous les restaurants fermés, Alexandre, chef cuisinier et le Refettorio, un restaurant solidaire qui sert chaque soir aux personnes en difficulté des plats cuisinés par des chefs, ont offert 1 000 repas à la Fondation de l’Armée du Salut. Entretien avec un homme qui redonne goût à la vie.

Image à la une
don coronavirus, faire un don covid, aider en faisant un don covid aide alimentaire
Blocks
Redacteur
Texte

Comment êtes- vous devenu bénévole pour le restaurant Refettorio : 

Alexandre Chapier : À la suite de la crise sanitaire et après la fermeture du restaurant Alma Choiseul où je travaillais, j’ai souhaité me rendre utile et faire du bénévolat auprès du Refettorio, c’était mon rêve ! Je connais le projet du restaurant social le Refettorio depuis 4 ans, lancé par le célèbre Chef Massimo Bottura. J’ai trouvé que c’était le bon moment pour moi, finalement grâce au confinement. J’ai eu un entretien téléphonique au préalable avec le Chef et sa Sous-chef, et cela s’est très bien déroulé, car nous partageons la même vision du projet. Après une sélection, ils ont établi un contrat de bénévolat et j’ai pu intégrer la brigade. Le Refettorio assure les plannings, ils réceptionnent tous les dons sur place. Il y a même le Chef étoilé Gregory Marchand qui a participé à la confection de repas pour les associations, mais nous n’avons pas eu l’occasion de nous croiser.

Pendant tout le mois de mai, j’ai donc confectionné des repas au bénéfice des personnes aidées par la Fondation de l’Armée du Salut. Des bénévoles de l’Armée du Salut venaient récupérer les repas que nous avions confectionnés. Au total, ce sont ainsi 1 000 repas de chef que nous avons confectionnés.

Block: Texte + Image
Texte

Comment le restaurant s’approvisionne ?

A.C : Nous utilisons principalement les surplus alimentaires, le pain a été fourni gratuitement par la Maison Poilâne, les repas froids du soir que nous confectionnons pour les personnes démunies se composaient d’une salade, un plat froid, une bouteille d’eau, une tranche de pain et une compote.

Quel est votre parcours professionnel ?

A.C : J’ai un CAP de cuisinier et une formation d’un an en pâtisserie. J’ai travaillé dans des restaurants du Sud-Ouest étoilé (à Bordeaux), puis je suis parti à Londres pendant 4 ans. J’ai notamment exercé chez le Chef cuisinier écossais Gordon Ramsay pendant un an (il est adorable et j’ai beaucoup appris avec lui). Depuis 2017, je réside à Paris, j’ai fait l’ouverture du restaurant, le PIAF (restaurant luxe) dans le 8ème, et chez Wynwood où j’ai découvert la Street Food. Et depuis 2019, je travaille désormais en tant que Chef executif chez Alma Choiseul.

Texte

Quelle est la journée type d'un cuisinier-bénévole au sein du Refettorio ?

A.C : J’arrivais à 9 H 00 et je travaille en binôme avec un bénévole du Refettorio. On réceptionne la marchandise, avec les contenants, on met nos masques, on prépare les produits, on fait le planning pour les 5 jours à venir. Il nous faut 3 heures pour confectionner 50 repas. Nous nous occupeons de mettre les produits dans les sachets repas, puis les bénévoles en tenues rouges de l’Armée du Salut venaient les récupérer vers 14 H 00 chaque jour avec leur camion.
Nous avons eu un excellent relationnel avec l’ensemble des bénévoles de l’Armée du Salut qui étaient vraiment tous très gentils.

Des projets à venir ? 

A.C : Pendant le confinement, j’ai essayé de rester positif et de faire des projets que je n’aurais pas pu réaliser. J’aimerais continuer mon action de bénévolat avec le restaurant Refettorio tout en reprenant mon activité chez Alma si c’est possible pour moi de mener à ien les deux actions. Le restaurant Refettorio devrait poursuivre son action auprès des associations jusqu’au 15 juillet, et après il devra rouvrir ses portes. 

Propos recueillis par Valérie Vadot 
 

Nom, prénom témoignage
Alexandre Chapier
Détail sur la personne
Jeune chef parisien