Type de la publication
Actualité

L’épicerie solidaire ou comment bien se nourrir malgré de faibles revenus

Publie le : 10 avril 2018
Texte présentation

Pour les personnes en difficulté accueillies dans un centre d’hébergement, faire sa cuisine et ses courses permet de retrouver un peu d’autonomie. Mais comment bien se nourrir quand on a de faibles revenus ? C’est pour répondre à ce problème que le Palais de la Femme vient d’installer dans ses murs une épicerie solidaire. Découvrez cette épicerie qui permet aux personnes accueillies d'acheter des produits sains à prix cassés. 

Image à la une
Blocks
Redacteur
Texte

Le Palais de la Femme, centre d’hébergement de la Fondation de l’Armée du Salut, dans le XIe arrondissement parisien et ses 390 personnes en difficulté accueillies tout au long de l’année. Le Palais de la Femme et ses salles lambrissées datant de 1910. Le Palais de la Femme et sa bibliothèque décorée de vitraux photographiques. Le Palais de la Femme et son épicerie solidaire. 

Depuis fin janvier 2018, l’établissement accueille dans la bibliothèque les bénévoles de l’association les jardins d’Alcinoos qui y anime une épicerie solidaire où les résidents du « Palais » peuvent venir acheter des produits alimentaires. 

Revenus faibles ou absence totale de ressources, au chômage ou bénéficiaire du RSA, la situation de chaque personne venant à l’épicerie solidaire est différente.  « Je suis sans emploi et ma référente sociale du Palais de la Femme m’a dit que je pouvais faire des courses à l’épicerie solidaire pour cinq fois moins cher », raconte une résidente du Palais de la Femme. Tous les résidents sont orientés par les travailleurs sociaux de l’établissement. 

Block: Texte + Image
Image
Texte

L'épicerie solidaire encourage à la mixité du public

« Nous proposons du lait, des yaourts, du fromage et aussi des fruits et légumes aux résidents du Palais de la Femme. Ces produits sont vendus à 20% des prix de marché », explique Alain Gésiot, un des membres fondateurs de l’association. 

Les produits laitage, viande, plats cuisinés, pain, pâtisserie, légumes et fruits proviennent de grandes surfaces ou surfaces intermédiaires. L’épicerie solidaire est ouverte tous les mardi, mercredi et vendredi. Entre 15 et 20 bénévoles assurent le fonctionnement de l’épicerie de 13 heures à 19h30. 

Dans quelques semaines, elle ouvrira ses portes aux personnes aidées par d’autres associations de réinsertion du quartier, afin d’aider un nombre encore plus grand de personnes. 

La Fondation de l’Armée du Salut engagée pour une alimentation saine et de qualité

A Paris et à Mulhouse, la Fondation de l’Armée du Salut gère deux autres épiceries sociales. Ces dispositifs offrent aux personnes et familles en difficulté la possibilité de faire leurs courses et leur assure le minimum vital. 

En France, chaque année, ce sont près de 4 millions de personnes qui bénéficient de l’aide alimentaire mais les besoins sont encore supérieurs, car bénéficier de l’aide alimentaire ne signifie pas ne plus avoir faim. Si les distributions alimentaires sont une manière de lutter contre ce problème, elles ne doivent pas constituer une solution unique car elles ne promeuvent ni l’autonomie, ni la dignité des personnes.

Lors des élections présidentielles 2017, la Fondation de l’Armée du Salut a interpellé les candidats à la présidence de la République sur la question des droits humanitaires. La Fondation a demandé la constitution d’un plus large réseau national d’épiceries sociales (au moins une épicerie sociale par canton) comme autant de plateformes sociales qui garantiraient une alimentation de qualité, durable et abordable aux personnes en difficulté. Cette demande reste plus que jamais essentielle.
 

Type de la publication
Actualité