Type de la publication
Actualité

Marseille : quand l’Armée du Salut vient en aide aux étudiants

Publié le : 20 avril 2021
Texte présentation

La crise sanitaire a provoqué l’appauvrissement de milliers d’étudiants. A cause de la Covid, certains ont perdu leur seule source de revenu : leur emploi étudiant. Le poste de la Congrégation de l’Armée du Salut de Marseille leur vient en aide et a augmenté le nombre de colis alimentaires distribués. Un soutien essentiel au cœur de cette période éprouvante.

Image à la une
Marseille : quand l’Armée du Salut vient en aide aux étudiants
Blocks
Redacteur
Texte

16 heures. La Canebière, Marseille. Un groupe d’étudiants patientent devant le 103. Le poste de la Congrégation de l’Armée du Salut, implanté dans le centre-ville de Marseille depuis 1967, va commencer sa distribution de colis alimentaires aux étudiants vivant dans la précarité. Pour manger, les étudiants sont de plus en plus nombreux à recourir à l'aide alimentaire.

Avec la crise sanitaire, les besoins ont sensiblement augmenté

« Le poste de l’Armée du Salut à Marseille soutient et accompagne les étudiants depuis 2018. Des colis alimentaires sont distribués chaque jeudi après-midi aux étudiants qui n’ont plus d’argent pour se payer à manger. Nous avons rajouté une séance de distribution, entre 11h30 et midi, le dimanche », explique Claude Martinaud, responsable de nombreuses actions du poste. Avant la crise sanitaire, le colis alimentaire était une aide « d’appoint ». Aujourd’hui il est devenu une « nécessité vitale ».

Ils sont en moyenne entre 15 et 20 étudiants à venir récupérer les colis alimentaires. Avec la crise sanitaire, les besoins ont sensiblement augmenté. Le poste peut désormais aider trente étudiants par semaine. 

Block: Texte + Image
Image
Marseille : quand l’Armée du Salut vient en aide aux étudiants
Texte

Pâtes, riz, légumes en conserve, lait et parfois des fruits et légumes. « Nous distribuons également du savon, du dentifrice, des brosses à dent, des rasoirs et des serviettes hygiéniques pour les jeunes femmes », détaille la responsable. Deux tickets service d’une valeur de 5€ chacun viennent compléter l’aide apportée aux étudiants pour qu’ils puissent s’acheter dans le commerce les produits alimentaires dont nous ne disposons pas. Les denrées alimentaires arrivent au poste de la Congrégation de l’Armée du Salut à travers un circuit de solidarité entre quatre églises évangéliques marseillaises et les communautés protestantes de la ville. 

Plongeurs dans un restaurant, coursiers, livreurs, vendeurs, avec le confinement ces étudiants ont perdu les petits boulots qui leur permettaient de tenir le mois. Un travail pourtant essentiel à la poursuite des études. Car un étudiant sur deux finance ses études en travaillant.

Des étudiants piégés dans la tenaille de la précarité et de l’endettement

« J’ai été contrainte d’arrêter de travailler dès le premier confinement. J’étais vendeuse dans le prêt-à-porter », se rappelle Mathilde (le prénom a été modifié), étudiante en master 2 de nutrition, à l’université Aix-Marseille. Aujourd’hui, après avoir payé un loyer « élevé » et les factures avec sa bourse d’étudiant, Mathilde n’a plus suffisamment d’argent pour acheter de la nourriture et les produits d’hygiène. 

Texte

« J’ai demandé à ma famille de m’aider financièrement et j’ai fait un emprunt auprès de la banque. Aujourd’hui, je dois tout rembourser », déplore Mathilde. Ils sont nombreux à être dans la même situation que Mathilde : piégés dans la tenaille de la précarité et de l’endettement. 

Cours en distanciel, bars, restaurants et lieux culturels fermés, la crise sanitaire a également érodé les relations sociales des étudiants. Beaucoup d’étudiants qui fréquentent le poste de la Congrégation de l’Armée du Salut viennent aussi pour une écoute et un soutien psychologique. 

Le poste est à la fois une « église » et un « accueil social » où la rencontre, l'échange ont presque autant d'importance que le panier de nourriture. « Tous les vendredis après-midi, nous organisons, dans le respect des mesures barrières, des moments d’échanges interculturels pour les étudiants qui souffrent beaucoup de la solitude dans la ville », souligne Claude Martinaud. 

Alors que les étudiants traversent plusieurs crises dans la crise, l’aide proposée par l’Armée du Salut est une respiration dans leur quotidien étouffant. 

LILA DAMJI Mayore
 

Block: Texte + Image
Type de la publication
Actualité