Armée du Salut - Établissements - Actualités

NewsletterSalut

Abonnez-vous à notre Lettre d'information :

Accès rapide
Sondage express

Quelle action de solidarité préférez-vous entreprendre pour combattre la pauvreté ?

votes: 7169
17% 17 %
63.6% 63.6 %
14.2% 14.2 %
5.1% 5.1 %
Vous êtes ici : Accueil > Armée du Salut > Notre Histoire > Lieux de vie et de mémoire > Le Chambon-sur-Lignon : une terre de résistance
  • Favoris
  • Partager
  • Imprimer

Le Chambon-sur-Lignon : une terre de résistance

Le Chambon-sur-Lignon : une terre de résistance

Durant la seconde guerre mondiale, des membres de l’Armée du Salut ont activement contribué à al Résistance, notamment au sauvetage d’enfants juifs du Chambon-sur-Lignon et de sa région, en Haute-Loire. Cette action collective importante fait désormais l’objet d’un Lieu de mémoire, récemment inauguré.

Dans l’est du département de la Haute-Loire, non loin de Saint-Etienne et Lyon, le Chambon-sur-Lignon et sa région forment une « Montagne », implantation historique du protestantisme en France. L’Armée du Salut y est présente dès la fin du XIXème siècle et y reste active encore aujourd’hui. Cette région a une longue tradition de refuge, et avant même le déclenchement de la seconde guerre mondiale, la population du Chambon accueille des réfugiés espagnols fuyant la dictature franquiste. Parmi les lieux d’accueil, la colonie des Genets d’or, animée par des salutistes, est ouverte depuis les années 1930 et fonctionnera durant toute la guerre. Dès fin juin 1940, la résistance de la population du Chambon s’organise et l’Armée du Salut y participe. « Au poste d’évangélisation de l’Armée du Salut au Chambon-sur-Lignon, le major Othnin-Girard et l’adjudant Poletti ont accueilli des réfractaires du STO [service du travail obligatoire, qui réquisitionnait de la main d’œuvre pour les industries allemandes], se sont occupés du ravitaillement des petits maquis de la région et ont contribué à l’action de renseignement pour les résistants », explique l’historien Gérard Bollon . « De même, au chalet des Barandons, à quelques kilomètres du Chambon, les majors Sarran ont organisé dès 1940 l’accueil d’enfants sortis du camp d’internement de Gurs, dans les Pyrénées-Atlantiques, et cet accueil protecteur s’est poursuivi durant toute la guerre, sous couvert du Secours suisse en 1943-1944, lorsque l’action de l’Armée du Salut a été empêchée en zone Sud. » Grâce à cette résistance collective, les rafles organisées dans la région par le gouvernement de Vichy comme par les nazis ont largement raté leur but et les historiens estiment que plusieurs milliers d’enfants et adultes juifs ont ainsi pu être mis à l’abri durant la guerre. En 1990, cette action a valu le titre de Justes, décerné par Yad Vashem, aux habitants du Chambon-sur-Lignon et des communes voisines ; ce titre a également été décerné à plusieurs salutistes du Chambon, dont les Munch et les Evrard . « Aujourd’hui encore, la région du Chambon-sur-Lignon reste une terre d’accueil, par exemple pour des demandeurs d’asile », conclut Gérard Bollon.

Le Chambon en quelques dates : 

  • 1885 : Implantation de l’Armée du Salut dans la région du Chambon-sur-Lignon

  •  
  • 1943 : Décret de dissolution de l’Armée du Salut en France par le gouvernement de Vichy 

  •  
  • 1990 : Titre de Justes décerné aux habitants du Chambon-sur-Lignon et des communes voisines 
jav-pop.net