Armée du Salut - Établissements - Actualités

NewsletterSalut

Abonnez-vous à notre Lettre d'information :

Accès rapide
Sondage express

Quelle action de solidarité préférez-vous entreprendre pour combattre la pauvreté ?

votes: 7156
17% 17 %
63.6% 63.6 %
14.2% 14.2 %
5.1% 5.1 %
Vous êtes ici : Accueil > Nos actions > Personnes Agées > Résidences de retraite médicalisées
  • Favoris
  • Partager
  • Imprimer

Résidences retraite médicalisées

Les besoins croissants dus au vieillissement doivent être pris en compte, avant même l’entrée en résidence retraite.

C’est pourquoi les établissements gérés par la Fondation de l’Armée du Salut prennent de nombreuses initiatives afin de répondre au mieux aux besoins. Que les personnes âgées fréquentent simplement l’accueil de jour, ou qu’elles habitent en établissement, la Fondation de l’Armée du salut veille à maintenir leurs liens sociaux et à entretenir leurs capacités intellectuelles et physiques. Avec, pour valeur centrale, le respect et le soin apporté à chacun.


Résidence Boris Antonoff

Résidence Boris Antonoff (Saint Malo, Ille-et-Vilaine)

L'établissement accueille 84 personnes âgées dépendantes, en particulier 24 personnes atteintes par la maladie d’Alzheimer, dans des chambres de 25 m2 avec sanitaires incorporés. Cette résidence dispose de quatre places d’accueil de jour et peut recevoir également quatre personnes en accueil temporaire..

L’établissement s’insère dans le quartier de Lorette, à la fois résidentiel et actif, gage d’ouverture et de mixité sociale. Le bâtiment répond à des exigences environnementales et architecturales particulières, respectant le site classé d’une malouinière située à quelques centaines de mètres. La maîtrise d’ouvrage des travaux, qui ont duré deux ans, a été assurée par la société La Rance, bailleur social, qui demeure propriétaire du bâtiment, loué à la Fondation.

Le nom donné à l’établissement, « Résidence Boris Antonoff », est un hommage rendu au premier directeur d’établissement laïque de l’Armée du Salut, et décédé récemment.

Résidence Olive et Germain Braquehais

Résidence Olive et Germain Braquehais (Bormes-les-mimosas, Var)

Ce premier établissement géré par la Fondation de l’Armée du Salut dans le Var répond à de forts besoins locaux. Le bâtiment, construit sur trois niveaux et entouré d’un grand jardin de 9 200 m2, est implanté dans le nouveau quartier du Ginget, doté de différents équipements (crèche, gendarmerie, supermarché, etc.). Cette vie de quartier favorisera certainement le lien social des résidents accueillis dans cette nouvelle Résidence. 84 personnes y sont accueillies, dont 4 en accueil temporaire.

La Résidence dispose également de 4 places d’accueil de jour, ouvert toute la semaine. Chaque résident dispose d’une chambre individuelle, équipée d’un lit médicalisé, d’une connexion Internet, du téléphone et de la télévision.

Chaque étage dispose de deux lieux de vie, où les résidents pourront prendre leurs petits-déjeuners ou participer à des animations. Un espace, au rez-de-chaussée de la Résidence, accueille 16 personnes souffrant de la maladie d’Alzheimer : cet espace spécifique a été conçu pour que les résidents puissent vivre librement dans un espace protégé, comportant un petit jardin intérieur. La qualité de vie au quotidien est assurée grâce à l’encadrement d’une quarantaine de professionnels, dont une équipe de soins renforcée autour d’un médecin coordinateur et d’un cadre de santé.

Des conventions signées avec les centres hospitaliers de Toulon et Hyères garantiront le suivi des résidents en cas d’hospitalisation. Enfin, ce nouvel Ehpad porte le nom de « Résidence Olive et Germain Braquehais », en mémoire de deux officiers de l’Armée du Salut.

Arc en ciel

L'Arc-en-ciel (Chantilly, Oise)

L'établissement accueille des hommes et des femmes de plus de 60 ans ayant besoin d'un accompagnement partiel ou total dans leur perte d'autonomie physique, psychologique ou sociale.

Inaugurés en 2004, les nouveaux bâtiments de  L’Arc-en-Ciel préfigurent la maison de retraite de demain. Ici, tout est fait pour recréer « un chez soi » en essayant de masquer le côté hôpital. « Nous évitons de montrer la dépendance en permanence ».

Le résident dispose d’un studio avec salle de bains individuelle et une kitchenette pour prendre le thé avec ses invités. S’il le désire, il peut apporter ses meubles. Détail qui en dit long : à la porte d’entrée de chaque chambre, une sonnette rappelle qu’ici, l’intimité n’est pas un vain mot.

Pour rapprocher les familles, une salle de relaxation et la balnéothérapie sont ouvertes aux visiteurs. « Notre objectif est de tout mettre en œuvre pour offrir un accueil convivial aux familles, en aménageant des lieux confortables, agréables et plus intimes », explique Martine VWanza, directrice.

Le Soleil d’automne (Tonneins, Lot-et-Garonne)

Implantée sur un ancien domaine agricole, la résidence accueille 50 personnes âgées. A son arrivée, le nouveau résident est suivi par un référent qui a en charge cinq ou six personnes.

C’est l’interlocuteur privilégié, celui à qui l’on se confie. Le référent va notamment être attentif aux personnes souffrant de solitude. A charge pour lui de les inciter à participer aux activités, sans les forcer. Ateliers mémoire, jeux de société, chorales, ou promenades dans le parc où Lola (un âne) et Isabelle (un poney) font l’attraction de tous… un gros travail d’animation a été mis en place.

Cependant, sur les 50 résidents, 42 sont dépendants. Les soins médicaux tiennent donc une place prépondérante dans le quotidien. Une section de cure médicale a même été créée afin d’éviter le transfert à l’hôpital des personnes totalement dépendantes ou nécessitant une surveillance médicale.

Sarraziniere

La Sarrazinière (Saint Etienne, Loire)

Cette maison de retraite a été reprise et réorganisée par la Fondation de l'Armée du Salut selon un projet axé sur la prise en charge globale des personnes âgées. Retirée au milieu d'un parc ombragé de trois hectares, elle accueille 145 résidents permanents et 24 personnes en accueil de jour.

 De nombreux résidents sont atteints de la maladie d’Alzheimer. C’est pourquoi l'établissement est organisé en 5 services, dotés d'un personnel spécialisé en fonction du degré de la maladie. Au fur et à mesure de l'évolution de la maladie, les résidents changent de service. Cette organisation permet aux résidents de bénéficier d’une prise en charge adaptée. 

Au sein de ces différents services, les professionnels adaptent leurs modes d’accompagnement pour être en phase avec les besoins médicaux-sociaux des résidents au quotidien. 

 Autre particularité de la Sarrazinière, un accueil de jour prend en charge les personnes dès les premiers symptômes de la maladie d’Alzheimer. Autonomes, elles retournent chez elles en fin de journée. Les activités sont organisées pour stimuler leur mémoire et retarder ainsi la progression de la maladie. 

En outre, l'accueil de jour soulage les familles et prépare en douceur une éventuelle entrée en établissement ou une hospitalisation. Ici, les infirmières prennent le temps d'écouter les résidents pour déceler les besoins souvent implicites. Les équipes sont vigilantes à constamment faire évoluer leurs pratiques afin de répondre au mieux aux besoins des résidents, aux exigences de leurs familles. 

Autres EHPAD faisant partie du réseau : 

Notre Maison (La Mothe-Saint-Héray, Deux-Sèvres)

Résidence Heimelig (Seppois-Le-Bas, Waldighoffen, Haut-Rhin)

Résidence Laury Munch (Strasbourg, Bas-Rhin)

jav-pop.net