Armée du Salut - Établissements - Actualités

NewsletterSalut

Abonnez-vous à notre Lettre d'information :

Accès rapide
Sondage express

Quelle action de solidarité préférez-vous entreprendre pour combattre la pauvreté ?

votes: 7156
17% 17 %
63.6% 63.6 %
14.2% 14.2 %
5.1% 5.1 %
Vous êtes ici : Accueil > Nos actions > Jeunesse et Famille > Femmes en difficulté > Accueillir les mamans
  • Favoris
  • Partager
  • Imprimer

Femmes en difficulté

Accueillir les mamans

Devenir maman est une étape fondatrice dans la vie d’une femme. Mais certaines peuvent être désemparées lors de la venue au monde d'un enfant lorsqu’elles n'ont ni travail, ni logement, ni famille. La Fondation propose des solutions pour ces mères.

Nos réponses

Nos réponses

De nombreux établissements, comme l'Océanite à Rouen, proposent à ces femmes un environnement qui leur permet de mener à bien un projet de vie et de reconstruire leur vie de famille. La Résidence Maternelle des Lilas à Paris est un établissement spécialisé dans l'accueil des jeunes mamans.


Résidence maternelle

Les résidentes de la Résidence maternelle des Lilas à Paris ont entre 18 et 25 ans pour la plupart, et sont enceintes ou mères d’un enfant de moins de trois ans. La directrice de la résidence constate: " Ces femmes sont seules sans possibilité d’être aidées par leur famille."

Dépassées par les récents événements, souvent désocialisées, fragilisées, elles arrivent à la résidence maternelle Les Lilas au terme d’un parcours difficile. Une quarantaine de studios et d’appartements, ainsi qu’une crèche sont mis à leur disposition. Auxiliaires de puériculture et pédiatres aident les mères à s’occuper de leurs enfants. "Notre travail privilégie la relation entre la mère et l’enfant ", assure la directrice.

Témoignages

Marie-Pierre, psychologue :
"le plus important est d’instaurer des relations de confiance" “L’un de nos principaux défis, c’est de montrer aux jeunes filles que l’on accueille, que leurs problèmes peuvent être abordés autrement que par des passages à l’acte tels que violence, délits, tentatives de suicides, alcool ou drogues plus ou moins dures. Le plus important, au début, est d’instaurer des relations de confiance.

Le psychologue n’agit pas seul ; c’est un travail d’équipe qui doit amener les jeunes à exprimer leur difficulté, leur “mal de vivre”, à prendre leurs distances par rapport à leur ressenti émotionnel brut. C’est grâce à ce recul qu’elles vont pouvoir, progressivement, construire un projet à plus long terme. C’est un travail passionnant où l’on a vraiment le sentiment d’être utile à ses semblables”.

jav-pop.net