Type de la publication
Actualité

Enfin des lunettes pour les enfants de familles précaires

Publié le : 14 septembre 2021
Texte présentation

Grâce à un partenariat avec la Fondation Optic 2000, le cabinet mobile d’ophtalmologie la « Navette Solidaire » sillonne désormais nos établissements de la France entière et a fait une halte cet été en Alsace. A Mulhouse, une équipe d’ophtalmologues et d’opticiens bénévoles ont ainsi offert 22 dépistages visuels et délivré 12 paires de lunettes à des enfants dont les familles ne pouvaient se permettre de tels soins pourtant essentiels. Comment cela se déroule ? Lisez l’article pour y voir plus clair ! 

Image à la une
Enfants santé visuelle ophtalmologiste 115 familles modestes vision exclusion scolarité
Blocks
Redacteur
Texte

Quand les familles modestes ne peuvent pas se rendre chez l’ophtalmologue, car le coût de réalisation des lunettes ensuite est trop élevés, ce sont des ophtalmologues et opticiens qui viennent à eux. A bord d’une caravane équipée d’une salle de consultation dotée de matériel ophtalmologique, des ophtalmologues et opticiens bénévoles sillonnent désormais la France pour offrir leur service aux enfants des familles précaires, et notamment ceux accueillis par l’Armée du Salut.  

Mulhouse. De 9 heures à 17 heures, le parking du centre d’hébergement et de réinsertion sociale (CHRS) du Bon Foyer, à Mulhouse, géré par la Fondation de l’Armée du Salut a accueilli la « Navette Solidaire », de la Fondation Optic 2000. A quelques jours de la rentrée scolaire, 23 enfants accueillis par l’établissement dans la ville de Mulhouse ont pu bénéficier des consultations médicales ophtalmologiques avec un bilan complet.

1 enfant sur 2 est reparti avec une paire de lunettes

Block: Texte + Image
Image
Enfants santé visuelle ophtalmologiste 115 familles modestes vision exclusion scolarité
Texte

« 1 enfant sur 2 est reparti avec une paire de lunettes. Certains enfants dont les familles qui rencontrent des difficultés d'accès aux soins, notamment visuels, ont consulté pour la première fois un ophtalmologue », a constaté Lydia Lagodka, directrice du Bon Foyer. 

La Navette Solidaire est équipée d’un espace d’accueil ainsi que d’un atelier de montage de lunettes. C’est Marion Ehret, interne en service d’ophtalmologie pédiatrique aux Hôpitaux de Strasbourg, qui a observé les yeux des 22 enfants et établi un diagnostic. 

Texte

L’objectif de ce partenariat avec la Fondation Optic2000 et Association nationale des jeunes ophtalmologues (Anjo) est « d’aller à la rencontre des familles en difficulté qui ne consulteraient pas un ophtalmologue d’elles-mêmes. Avoir une Navette Solidaire permet de fournir des services de santé de proximité » souligne Lydia Lagodka. 

De nombreux problèmes scolaires vécus par les enfants
sont en réalité liés à une mauvaise vision

« Pour les familles submergées de difficultés que nous accueillons dans nos centres d’hébergement d’urgence, en grande précarité ou migrantes, la santé visuelle peut sembler superflue et l’appareillage inimaginable. Pourtant, de nombreux problèmes scolaires vécus par les enfants sont en réalité liés à une mauvaise vision. Nous nous chargeons d’éduquer et de sensibiliser les familles et avons pour ambition de faire profiter de cette opportunité au plus grand nombre de familles possible, en favorisant notamment la présence des parents lors du passage de la Navette », explique Samuel Coppens, porte-parole de la Fondation de l’Armée du Salut.

Block: Texte + Image
Image
Enfants santé visuelle ophtalmologiste 115 familles modestes vision exclusion scolarité
Texte

Après Reims, Paris, Lyon, ou Mazamet (dans le Tarn), pour les derniers mois de 2021, la « Navette Solidaire » continuera sa route vers les enfants accueillis et accompagnés par la Fondation de l’Armée du Salut, pour leur faire bénéficier des consultations médicales ophtalmologiques.

La Fondation de l’Armée du Salut est partenaire avec la Fondation Optic 2000 et l’Association nationale des jeunes ophtalmologues (Anjo) depuis plus de deux ans. Un partenariat qui est essentiel pour les familles modestes et précaires quand en France, plus de 10 % des enfants âgés de moins de 5 ans présentent une ou plusieurs anomalies de la vision.

Mayore Lila Damji
 

Type de la publication
Actualité