Type de la publication
Actualité

L'impact de la Covid-19 sur la traite des êtres humains

Publie le : 16 octobre 2020
Texte présentation

Le 18 octobre 2020 est la Journée nationale et européenne de la lutte contre la traite des êtres humains. La pandémie de la Covid-19 a eu un fort impact au niveau sanitaire, social et économique partout dans le monde. Les individus les plus vulnérables comme les enfants, les femmes, les personnes en situation de détresse, les migrants, les victimes de violences intrafamiliales et de traite des êtres humains, sont ceux qui ont été les plus touchés par cette crise qui a engendré de nombreuses conséquences à différentes échelles. 
 

Image à la une
L'impact du Covid-19 sur la traite des êtres humains
Blocks
Redacteur
Texte

En ce qui concerne l’exploitation des êtres humains, la crise sanitaire a contribué à faire empirer une situation qui était déjà délicate et difficile à gérer. Les personnes précédemment exposées au risque de traite peuvent devenir des victimes en raison de la pandémie, tandis que les vulnérabilités des personnes déjà en situation d’exploitation peuvent être encore exacerbées.

Les trafiquants ont trouvé de nouvelles « solutions » pour ne pas perdre leurs profits et cela en utilisant différentes modalités ou en profitant des nouveaux besoins de la société et des publics cibles. Par exemple, les restrictions à la circulation peuvent faire changer la typologie d’exploitation en favorisant l’exploitation sexuelle en ligne ou dans des domiciles privés. 

Les conséquences sur les individus et la société  

Dans le monde entier, des personnes ont été victimes de traite des êtres humains pendant et à la suite de la période de confinement. En plus d'avoir subi des traumatismes psychologiques et physiques invalidants, beaucoup de ces femmes, hommes et enfants n'ont aucun moyen de subsistance et peuvent être en situation de migration ou d'emploi irréguliers, sans protection médicale ou sociale, et sans document ni ressource pour leur permettre de retourner dans leur pays d'origine (1). 

Celles qui ont vu leurs documents d’identité confisqués par les exploiteurs, ont plus de difficultés à avoir accès aux soins de santé et aux services administratifs, ce qui les rend encore plus vulnérables. Les femmes et les filles ont expérimenté un taux de violence et d’abus nettement supérieur à cause de la difficulté à tirer du profit de leurs activités durant le confinement. Ces violences peuvent résulter dans un risque majeur de grossesse.

En outre, les trafiquants pourraient profiter de la crise pour utiliser des itinéraires de plus en plus précaires et dangereux pour transporter les victimes vers d'autres pays.

Certaines victimes, en dépit de l’émergence sanitaire, ont été trouvées en situation d’exploitation par la police au Royaume-Uni, assistées successivement par l’Armée du Salut et d’autres associations partenaires (2). 

Au niveau des autorités judiciaires et des mesures prises dans ce champ, la fermeture des tribunaux a eu comme conséquence le décalage des procès des exploiteurs. En plus, certains pays ont adopté des mesures de libération anticipée des prisonniers ; dont certains exploiteurs (3).

Une autre conséquence de la pandémie a été l’augmentation de la charge de travail des forces de l’ordre qui étaient, donc, souvent dans l’impossibilité de répondre aux cas de signalement d’exploitation. 

Block: Texte + Image
Image
L'impact du Covid-19 sur la traite des êtres humains
Texte

Des associations travaillent à l’identification des victimes de traite 

À cause des restrictions et des régimes de confinement mis en place dans plusieurs pays, ces associations n’ont pas (eu) la possibilité de rencontrer des (potentielles) victimes de traite des êtres humains et cela a (eu) comme conséquence que ces (potentielles) victimes ont encore moins de moyens pour s’échapper de leur condition. 

Un exemple de cas qui a attiré l’attention médiatique est celui des groupes de lutte contre la traite des êtres humains qui ont dû suspendre les opérations de sauvetage des "épouses" vietnamiennes et cambodgiennes coincées en Chine. La Fondation Blue Dragon parvenait, en 2019, à aider 1 femme tous les 3 jours ; cette année elle a déclaré d’avoir dû modifier ses actions à cause des restrictions de mouvement avec seulement la possibilité de donner des informations aux femmes sur des abris disponibles (4). 

Pendant la période du confinement, de nombreuses entreprises de l’industrie pornographique dans le monde ont vu augmenter sensiblement les visites sur leurs sites. Beaucoup de recherches ont montré le lien existant entre la visualisation de contenus pornographiques et l’exploitation des êtres humains. Les personnes qui regardent de la pornographie ont une tendance à aller chercher des services sexuels et cela alimente la traite des personnes (5). En outre, plusieurs ex-actrices de porno ont déclaré d’avoir été soumises à des scènes qu’elles ne voulaient pas tourner et qu’elles étaient victimes d’exploitation (6).

Texte

À partir de la période du confinement, les institutions et les organisations ont été alertées par une forte augmentation des recherches en ligne de matériel pédopornographique, surtout sur le « darkweb » (7). 

Les États membres de l'Union européenne ont également signalé, pendant leur confinement, une augmentation du nombre de tentatives d'accès bloquées à des sites web pour l’échange de matériel pédopornographique. Les catégories de matériel pédopornographique comprennent les « spycams », les "webcams" et les "live streams". Dans un forum du darkweb, une section spécialement destinée à ceux qui capturent ces images en direct, appelée « cappers  » (8), a vu le nombre de messages plus que tripler, passant de 500 messages de décembre 2019 à février 2020, à 1 500 de mars à mai 2020. Certaines de ces activités peuvent être liées à des "concours" annuels organisés dans le cadre de forums pour rassembler et promouvoir des vidéos d'abus sexuels d'enfants (9).

Les pédophiles peuvent utiliser encore d’autres moyens pour abuser des mineurs : le grooming (10), le sexting (11)  – très fréquent parmi les jeunes également, le chantage sexuel qui a vu une forte augmentation aussi pendant la période de confinement (12).

Block: Texte + Image
Texte

Personnes vulnérables : des cibles potentielles

Dans les pays où l’impact de la Covid-19 entrave l’accès physique et économique à la nourriture et aux services essentiels, il existe un risque que la pandémie alimente de nouveaux déplacements, augmentant ainsi le nombre de personnes vulnérables déplacées à l’intérieur du pays. 

Néanmoins, les familles qui sont en situation de forte détresse économique et qui se trouvent dans des pays dans lesquels les gouvernements ont confiné la population ou une partie d’entre elle, peuvent se retrouver dans l’incapacité de procurer l’aide adéquate à leurs enfants en raison de la maladie, de la mort ou pour toute autre raison, comme la détresse psychologique. Moins de supervision peut laisser les enfants exposés à la violence, à l'exploitation et aux abus (13).

Pendant l’épidémie du virus Ebola, dans certains cas les membres de la famille élargie ont abandonné les enfants ayant survécu et les enfants dont les parents étaient décédés du fait de la crainte d’être rejetés par leur communauté (14). 

Certains parents peuvent décider également de les vendre, avec le risque qu’ils puissent tomber dans les mains de trafiquants d’êtres humains. 
Cette exposition prolongée au stress peut influencer les systèmes biologiques des enfants et les rendre hyper réceptifs au stress (15).

Video, diagramme, etc
Texte

Les migrants, adultes comme enfants, exposés à la traite des être humains

Comme la crise a des répercussions sur l'économie, les communautés rurales risquent d'être touchées, ce qui peut forcer une plus grande migration des adultes et des enfants vers les villes et les zones urbaines pour chercher du travail ou faire appel aux services de trafiquants et de passeurs en utilisant des itinéraires illégaux vers d'autres pays. En plus de cela, la migration interne ou externe peut laisser les personnes exposées à l'exploitation et incapables de s'échapper, car elles ne savent pas comment accéder aux ressources ou aux installations dans des zones inconnues. Les enfants sont particulièrement vulnérables dans ces situations (16).

La pandémie pourrait également avoir l'effet inverse. Par exemple, en Inde, le confinement a obligé de nombreux travailleurs des villes à retourner dans leurs villages (souvent à pied) en raison du manque d'emplois et de nourriture de base dans les villes après la fermeture de ces dernières (17). En outre, de nombreux travailleurs migrants sont piégés dans un autre pays, incapables de retourner dans leur pays d'origine.

La Covid-19 a eu un impact énorme sur le statut migratoire des travailleurs, y compris des travailleurs saisonniers qui ont perdu leur emploi ou dont les mouvements pour atteindre les zones de récolte ont été restreints, ou parce que les activités auxquelles ils étaient employés ont cessé ou ont fonctionné avec des restrictions. Bien que de nombreux pays aient encouragé des mesures visant à régulariser les migrants et/ou à prolonger leur permis de travail, nombre d'entre eux sont ou ont été laissés sans protection et risquent donc de devenir victimes de trafiquants.

Le risque d'en être victime est double : lorsqu'ils perdent leur emploi, non seulement ils peuvent se retrouver sans permis régulier, et donc devenir plus vulnérables aux situations d'exploitation, mais ils peuvent aussi être incapables de rentrer chez eux, compte tenu des restrictions de voyage prolongées, et être obligés de trouver des moyens alternatifs ou illégaux de subvenir à leurs besoins. Même lorsque les mesures restrictives se sont assouplies dans certains pays, les risques que les migrants en situation irrégulière deviennent victimes de la traite et de l'exploitation de leur travail persistent (18).

En outre, en raison de la nécessité de recruter rapidement dans les secteurs clés, les entreprises risquent d'être infiltrées par la grande criminalité organisée y compris par l'intermédiaire des agences pour l'emploi.

Block: Texte + Image
Image
L'impact de la Covid-19 sur la traite des êtres humains
Texte

Avec l'augmentation massive et soudaine de la demande de masques, des pays comme les États-Unis ont reconnu l'absence de fabrication locale : 95 % des masques sont fabriqués à des prix bien plus bas en Chine, au Mexique ou en Inde (19).

Des abus ont été signalés à Hong Kong (20) où les autorités pénitentiaires ont été accusées d'esclavage moderne après avoir forcé des détenues à travailler de nuit pour produire des millions de masques faciaux afin de répondre à la pénurie (21).

Le média Ming Pao, basé à Hong Kong, a rapporté que la plupart des usines chinoises qui fabriquent les masques ont de sérieux problèmes d'hygiène. Selon les sources, 60 % d'entre elles ne sont pas équipées d’installations aseptiques indispensables à la fabrication de produits médicaux (22).

L’Inde est un autre des pays où on produit des masques médicaux dans des ateliers insalubres et sans respect des droits des travailleurs (23).

L’Italie aussi a vu plusieurs activités illégales dans ce cadre. À Bologne, des blouses d'hôpital et des masques chirurgicaux étaient fabriqués dans un laboratoire fantôme où vivaient et travaillaient 21 travailleurs chinois, dont 8 irréguliers. L'usine était une usine- dortoir où vivaient également 4 enfants (24).

Block: Texte + Image
Texte

(1)  GRETA (Groupe d’experts sur la lutte contre la traite des êtres humains), In time of emergency the rights and safety of trafficking victims must be respectedand protected, 2 Avril 2020, Source: https://rm.coe.int/greta-statement-covid19-en/16809e126a [Consulté le 28 septembre 2020]

(2) Cairns C. (2020), Six arrested for modern slavery in raid on brothels in Westminster, The National, Scotland, Source: 
https://www.thenational.scot/news/18397467.six-arrested-modern-slavery-raid-brothels-westminster/ [Consulté le 30 septembre 2020]

 (3) Coronavirus : l'ONU appelle à libérer des détenus pour éviter une flambée du virus, France 24, Source : https://www.france24.com/fr/20200325-coronavirus-l-onu-appelle-%C3%A0-lib%C3%A9rer-des-d%C3%A9tenus-pour-%C3%A9viter-une-flamb%C3%A9e-du-virus [Consulté le 28 septembre 2020]

 (4) Bloomberg M. (2020), Trafficked 'brides' stuck in China due coronavirus after fleeing abuse, Reuters, Source : https://www.reuters.com/article/us-health-coronavirus-brides-idUSKBN20Z1R1 [Consulté le 28 septembre 2020]

(5)  Parnell T. (2019), Le porno a une foule de conséquences nocives – nous devons faire quelque chose avant qu’il ne soit trop tard, TRADFEM, Source : https://tradfem.wordpress.com/2019/04/21/le-porno-a-une-foule-de-consequences-nocives-nous-devons-faire-quelque-chose-avant-quil-ne-soit-trop-tard/ [Consulté le 5 octobre 2020]

(6) Témoignage: Nadia : « Le X, c’est des viols à répétition, c’est inhumain. », Le Mouvement du Nid, 15 juin 2017, Source :   https://mouvementdunid.org/prostitution-societe/temoignages/nadia-le-x-cest-des-viols-a-repetition-cest-inhumain/ [Consulté le 5 octobre 2020] ; Les dessous sordides du porno amateur, Konbini News, 18 février 2020,  Source : https://www.facebook.com/konbininews/videos/704363786635465/?extid=zRklQv2FdqSFIaNk [Consulté le 5 octobre 2020]

(7) Le darkweb permet à ses utilisateurs de rester anonymes, que ce soit pour des bonnes ou des mauvaises raisons. La France en est le 6ème utilisateur au monde derrière l’Allemagne, les Etats Unis, Les Emirats Arabes Unis, la Russie et l’Ukraine (selon les metrics de Tor). Pour plus d’informations : https://wallonica.org/blog/2018/01/23/gerardin-darknet-tant-de-haine/ [Consulté le 24 septembre 2020]

(8)  Bouquets en français

(9) EUROPOL (2020), Exploiting isolation: Offenders and victims on online child sexual abuse during the COVID-19 pandemic [Consulté le 24 septembre 2020]

(10) L'acte de développer une relation avec un enfant pour permettre l'exploitation en ligne et hors ligne en utilisant les plates-formes en ligne, telles que jeux, médias sociaux, messagerie et le streaming en direct.

(11) C’est le fait d’envoyer par téléphone portable des messages, des photos ou des vidéos à caractère sexuel.

(12) Assaf C. (2020), Stimulé par le confinement, le chantage sexuel en ligne est en forte hausse, L’Orient-Le Jour, Source :   https://www.lorientlejour.com/article/1216981/stimule-par-le-confinement-le-chantage-sexuel-en-ligne-est-en-forte-hausse.html [Consulté le 30 septembre 2020]

(13)  Hope for Justice (2020), Covid-19 and potential implications on human trafficking and other forms of modern slavery internationally [Consulté le 25 septembre 2020] 

(14)  L’Alliance pour la protection de l’enfance dans l’action humanitaire (2018), Note d'orientation : la protection des enfants pendant les épidémies de maladies infectieuses, page 10 [Consulté le 28 septembre 2020]

(15) Shonkoff JP, Garner AS, Siegel BS, Dobbins MI,Earls MF, McGuinn L, Pascoe J, Wood DL, others (2012), The lifelong effects of early childhood adversity and toxic stress, Pediatrics. Source: https://pediatrics.aappublications.org/content/129/1/e232.long [Consulté le 28 septembre 2020]

(16)  Global Protection Cluster. Anti-Trafficking Team, Trafficking in Persons considerations in internal displacement contexts, March 2020 [Consulté le 24 septembre 2020]

(17) Biswas S. (2020), Coronavirus: India's pandemic lockdown turns into a human tragedy, BBC News. Source : https://www.bbc.com/news/world-asia-india-52086274 [Consulté le 28 septembre 2020]

(18)  Gianmarinaro M. (2020), The impact and the consequences of the COVID-19 pandemic on trafficked and exploited persons. COVID-19 Position paper, United Nations. Human Rights Special Procedures [Consulté le 28 septembre 2020]

(19)  Feinmann J. (2020), The scandal of modern slavery in the trade of masks and gloves, BMJ 2020; 369 doi : https://doi.org/10.1136/bmj.m1676 [Consulté le 28 septembre 2020]

(20) Lih Yi B. (2020), Hong Kong denies 'slavery' as prisoners work nights to make face masks, Reuters, Source : https://www.reuters.com/article/us-health-coronavirus-hongkong/hong-kong-denies-slavery-as-prisoners-work-nights-to-make-face-masks-idUSKBN20X205 [Consulté le 28 septembre 2020]

(21)  Wallace D. (2020), China uses Muslim Uighur forced labor to mass produce coronavirus PPE exported globally: report, Fox News, Source: https://www.foxnews.com/world/china-muslim-uighur-forced-labor-coronavirus-ppe-masks [Consulté le 29 septembre 2020]

(22)  https://www.youtube.com/watch?v=UnTQv2TPt7Y [Consultée le 29 septembre 2020]

(23)  https://www.youtube.com/watch?v=52sWqORpVq8 [Consulté le 29 septembre 2020]

(24)  Fabbrica clandestina di mascherine e camici a Castel Maggiore: c'erano anche bambini (2020), La Repubblica, Source: https://bologna.repubblica.it/cronaca/2020/07/16/news/fabbrica_clandestina_di_mascherine_e_camici_a_castel_maggiore_c_erano_anche_bambini-262121171/ [Consulté le 30 septembre 2020]

Type de la publication
Actualité