Type de la publication
Actualité

Avoir 12 ans et peindre pour remodeler une estime de soi

Publie le : 15 octobre 2020
Texte présentation

A Nîmes, La Villa Blanche Peyron transforme les fragilités en force. L‘établissement accueille des jeunes bloqués dans leurs apprentissages et les aide à lever ces blocages, en les accompagnants tant sur le plan thérapeutique, qu’éducatif et pédagogique. Depuis trois ans, les pinceaux et les canevas accompagnent ces jeunes pour se reconstruire. Découvrez-en les bienfaits.

Image à la une
Enfance ITEP Handicap éducation insertion
Blocks
Redacteur
Texte

Laisser libre court à sa créativité

12h30, après le déjeuner, Maxime, Nacer, Adil jouent au foot dans la cour de l’ITEP (Institut Thérapeutique Educatif et Pédagogique) Villa Blanche Peyron de la Fondation de l’Armée du Salut, à Nîmes. 13 heures, les cours reprennent. 

Tous les lundis pendant une heure, de 13 heures à 14 heures, ils passent à l’acte. Dans un ITEP, le passage à l’acte est synonyme de crise de violence, un moment où le jeune est hors de lui. Ici à Nîmes, le passage à l’acte se conjugue avec l’art. Prendre un pinceau, une toile et créer des couleurs. En d’autres termes, le passage à l’acte veut aussi dire ici laisser libre court à sa créativité. 

Depuis trois ans, un art thérapeute intervient à la Villa Blanche Peyron qui accueille des enfants et des adolescents dont les troubles de comportements, d’expressions les tiennent à l’écart d’une scolarité et d’une vie ordinaire. Durant une année scolaire, trois adolescents font de la peinture. « Nous sommes allés acheter une jacinthe et Adil a brossé une toile de cette fleur », se rappelle Sandrine, enseignante à l’ITEP.

Block: Texte + Image
Image
Enfance ITEP Handicap éducation insertion
Texte

Tous les trois ont 12 ans. Dans la Villa Blanche Peyron, ils sont 37 autres comme Maxime, Nacer et Adil qui souffrent de troubles psychologiques, d’expression et du comportement. Ces troubles prennent leur source dans les difficultés sociales, familiales et scolaires des jeunes mais ils ne remettent pas en cause leurs capacités intellectuelles.

« Cette année nous avons choisi comme thématique : le vivant, précise Sandrine Legrand, qui enseigne dans l’ITEP depuis trois ans. Les jeunes peuvent représenter à travers leur peinture les arbres, les forêts, les animaux et rarement l’homme et si l’homme est représenté il est caricaturé ». 

« L’art thérapie propose aux jeunes un autre moyen d’expression »

Tous les jeunes accueillis dans l’ITEP ont des troubles déficitaires de l’attention avec parfois des troubles d’hyperactivité. Jugés violents, agressifs, turbulents, colériques, en manque d’affection parentale, victimes de violence dans leur entourage familial, ces jeunes ont perdu, au fil du temps, l’estime de soi. La thérapie par l’art vient alors composer ce paysage sinistre de la vie de ces adolescents vivant dans un contexte social perturbé et un milieu familial absent. 

« L’art thérapie propose aux jeunes un autre moyen d’expression, il les encourage à prendre des initiatives », note Sandrine. Aujourd’hui, après six mois passés à peindre le vivant, Maxime part d’une toile blanche et crée des couleurs, différentes nuances. Pour Sandrine, « il a compris que dans l’art, il n’y a pas d’échecs » alors qu’au début d’année, il osait à peine colorier. « A cause de vous, maintenant je suis fier de moi » dit-il à Christelle, l’art thérapeute qui intervient une fois par semaine auprès des jeunes de la Villa Blanche Peyron et dans deux autres ITEP et un IME de Nîmes. 

Une fierté qui se conjugue avec un esprit d’initiative et une absence de la crainte du regard de l’autre. « Maxime a voulu peindre le koala pour ‘rendre hommage’ aux koalas victimes des incendies en Australie. C’est une décision qu’il a prise tout seul », fait remarquer Sandrine. Alors que Maxime est décrit comme un adolescent impulsif et agressif. 
 

Texte

Une belle façon pour gagner en assurance

Au feutre peinture, au pastel sec mélangé avec les doigts, une technique fortement appréciée par les jeunes, sur des toiles, des feuilles ou des cartons entoilés, depuis septembre 2019, plus d’une vingtaine d’œuvres ont été produites par les jeunes. Une œuvre collective est réalisée par Maxime, Nacer et Adil.

« Ce travail collectif représente pour l’art thérapeute et moi, l’enseignante, un champ de médiation afin de permettre aux trois jeunes de travailler ensemble et surmonter leurs difficultés », explique Sandrine. 

Les ambitions artistiques de Maxime, Nacer et Adil ne se limitent pas aux murs de la Villa Blanche Peyron. En effet, une exposition devant le grand public  se tiendra d'ici fin décembre 2020. Une belle façon pour ces trois jeunes pour gagner en assurance. 

Mayore LILA DAMJI

Type de la publication
Actualité