Type de la publication
Actualité

Grâce à vos dons, ces familles ont retrouvé le droit à une alimentation décente

Publié le : 4 novembre 2020
Texte présentation

A quoi ressemble un repas quand on est sans domicile et qu’on vit à quatre dans une chambre d’hôtel de 10m² sans kitchenette ? Grace à vos dons, nous avons pu créer dans un de nos établissements des cuisines partagées, accessibles aux familles qui vivent dans de telles conditions. Découvrez comment ces cuisines les ont aidé à reprendre en main leur alimentation et retrouver une autonomie. 

Image à la une
Blocks
Redacteur
Texte

« Pour moi c'est une nouvelle vie »

« Pour moi c'est une nouvelle vie. Si l'endroit n'était pas bien je ne serais pas revenue car je préfère prendre mes marmites pour venir jusqu'ici et c’est dur. Mais à chaque fois que je viens, je suis heureuse, je ne veux jamais être absente », partage une dame habituée des cuisines partagées du Palais de la Femme, situé dans le 11ème arrondissement de Paris. 

Avec la participation de plusieurs femmes hébergées en urgence dans les hôtels du 11ème arrondissement, es équipes et les résidentes du Palais de la Femme, le projet des cuisines partagées intitulé « Palais en Partage » a vu le jour en janvier 2020. Le principe est simple : créer dans un centre d’hébergement de l’Armée du Salut des cuisines partagées, accessibles aux familles vivant à proximité en hôtel social, pour qu’elles puissent préparer leurs propres repas. Un projet financé par la Ville de Paris et la générosité des donateurs et mécènes de la Fondation de l’Armée du Salut. 

Block: Texte + Image
Image
Texte

938 personnes bénéficient des cuisines partagées

Ces cuisines partagées du Palais de la Femme sont majoritairement fréquentées par des mères seules avec leurs enfants. Elles vivent dans « des hôtels sociaux dans lesquels le Samusocial réserve des chambres pour les mettre à l'abri. Ce sont principalement des familles. Le 11e arrondissement de Paris, malgré sa petite taille, est le deuxième arrondissement parisien qui compte le plus de personnes hébergées en hôtel. En mars 2019, par exemple, cela représentait 369 familles, soit (938 personnes), détaille Juliane Charton, directrice adjointe du Palais de la Femme. 

En 2019, 15 000 personnes en Ile-de-France étaient ainsi hébergées grâce à l’Etat par le Samusocial, dans des hôtels, car « il n’existe pas de dispositifs adaptés à leur situation », déclarait Julie Dutertre, coordinatrice socioculturelle au Samusocial de Paris, lors de la deuxième édition de la Nuit de la Philanthropie, en décembre 2019, un événement qui a permis de collecter grâce à vous plus de 47 500 euros pour le « Palais en Partage ».

Video, diagramme, etc
Texte

« Vivre à l’hôtel avec des enfants ce n’est pas facile.
Mais le plus difficile c’était de ne pas pouvoir cuisiner », Meriem

Ouvertes mardi de 9h à midi, et les mercredi et vendredi de 13h30 à 16 h30, ces cuisines se trouvent à moins de 10 minutes à pied des hôtels où vivent des familles, en attente d’un logement. « Aujourd’hui, les familles sans domicile sont logées en urgence dans des hôtels. C’est une solution d’urgence qui devient une solution sur le long terme. De plus, nous constatons qu’il est très difficile de vivre dans une chambre d’hôtel de 10m2 sans cuisine », rapporte Julie Dutertre. 

Meriem vit à l’hôtel depuis 3 ans avec son mari et ses 3 enfants. « Vivre à l’hôtel avec des enfants ce n’est pas facile. Mais le plus difficile c’était de ne pas pouvoir cuisiner. Dans notre chambre, nous avons un micro-onde. La chambre d’hôtel n’est pas faite pour cuisiner. Je ne pouvais pas préparer des plats équilibrés pour mes enfants », raconte Myriam. « Et l’installation d’une plaque de cuisson peut représenter un risque de brûlure pour les jeunes enfants qui vivent dans la chambre », note Juliane Charton.

Block: Texte + Image
Image
Texte

Aujourd’hui, les familles bénéficient d'un créneau par semaine pour venir cuisiner plusieurs repas dans la cuisine du Palais de la Femme. « Nous leur remettons un kit de transport (glacière, pain de glace, boites de conservation) pour emporter leurs préparations dans leurs hôtels et tout le matériel de cuisine est disponible au Palais de la Femme. Nous allons également équiper les hôtels en frigos voire de congélateurs pour ceux qui n’en disposent pas », explique Dialika Diakite, coordinatrice du projet pour l’Armée du Salut.

A la question de la préparation des repas s’est ajoutée la problématique des familles sans ressources : l’impossibilité d’acheter des denrées alimentaires. Pour cela, des collectes alimentaires sont organisées par Dialika et ses bénévoles auprès de partenaires.

Texte

En France, 5,5 millions de personnes concernaient par l’aide alimentaire

L’impossibilité de pouvoir cuisiner peut avoir de lourdes conséquences : des carences et l’exclusion, traduite par la rupture de tout lien social. « Les cuisines partagées apportent aux familles une sécurité alimentaire et permettent surtout de lutter contre l'isolement et de rendre ces familles autonomes », insiste Juliane Charton. Sur un créneau d'ouverture de la cuisine, une bénévole vient d'ailleurs de développer une petite permanence administrative dans la cuisine pour lire les documents des bénéficiaires qui auraient des difficultés en français et les aider à remplir des dossiers administratifs. 

En 2019, en France, l’aide alimentaire concernait 5,5 millions de personnes, selon l’Inspection générale des affaires sociale. 

Si ce projet vous a convaincu, vous pouvez vous aussi le soutenir en faisant un don en cliquant sur le lien : https://donner.armeedusalut.fr/b?cid=70&lang=fr_FR

Mayore LILA DAMJI
 

Texte
Type de la publication
Actualité