Type de la publication
Actualité

Grâce à vous ils pourront raconter leurs souvenirs de vacances à leurs amis

Publie le : 13 août 2019
Texte présentation

Equitation, piscine, balades en forêt… Des enfants accueillis par l’Armée du Salut se sont évadés sous un ciel nouveau pendant deux semaines dans le sud de la France. Grâce aux donateurs, ces jeunes en difficulté ont pu partir en vacances.

Image à la une
Grâce à vous ils pourront raconter leurs souvenirs de vacances à leurs amis-Thibaut-Voisin-fin-droit-27-août-2019
Blocks
Redacteur
Texte

Le CHU Drouot est une tour de Babel sociale : diverses nationalités cohabitent au quotidien dans l’attente de trouver un logement stable. « 62 personnes sont accueillies depuis le mois d’avril, après la fermeture de certains dispositifs d’accueil hivernaux », explique Elodie Jacquette, chef de service du centre. 13 familles qui déplacent leur vie dans les valises qu’elles ont posé dans les anciens bureaux transformés en chambre du tribunal d’instance de Paris. Situé au cœur du XIème arrondissement, le centre d’hébergement d’urgence (CHU) Drouot est géré par la Fondation de l’Armée du Salut. 

Pour les parents, accueillis en centre d’hébergement, voir leurs enfants grandir sous un toit, une famille et un environnement stable est un rêve qui reste parfois inaccessible dans une vie forcée de nomades. 

Une vraie bouffée d'oxygène pour les enfants vivant en centre d'hébergement

Alex et sa famille font partie de ces nomades forcés. Alex a 11 ans. Il va entrer au collège en septembre. Il est né en Italie, qu’il connaît à peine. Depuis 2013, il vit en France, qu’il connaît précaire. Avec ses parents et ses quatre sœurs, il a vécu dans douze centres d’hébergement d’urgence de la région parisienne depuis son arrivée en France. Début juillet, il a fait sa valise. Non pour changer un énième centre d’hébergement mais pour partir en vacances. Une vraie bouffée d’oxygène pour l’adolescent.

Block: Texte + Image
Texte

Direction le Gard. La ville de Chamborigaud, plus précisément, dans le centre de vacances de l'Armée du Salut où il a passé deux semaines dans une colonie de vacances de l’Armée du Salut. Avec une dizaine d’adolescents de son âge et de milieux sociaux différents, entre animations et jeux, il a profité à son rythme des balades dans les Cévennes et de la piscine du centre de vacances de l’Armée du Salut. « J’ai également fait du cheval pour la première fois », se souvient-il. Loin des difficultés du quotidien, Alex et d’autres enfants accueillis par la Fondation de l’Armée du Salut ont pu vivre « normalement ».

« Les vacances ont permis à Alex de s’évader et de s’éloigner des difficultés liées à la situation précaire de sa famille. Il était ravi d’avoir pu partir en vacances, le retour à la réalité du centre d’hébergement a été quant à lui difficile », note Elodie. 

Les colonies de vacances aident à lutter contre les inégalités sociales

Alors que les colonies de vacances sont devenues très coûteuses aujourd’hui et afin d’éviter que l’été n’amplifie encore davantage les inégalités sociales, la Fondation de l’Armée du Salut a financé les séjours collectifs des jeunes grâce aux dons des particuliers. Avec Alex d’autres jeunes accueillis par les établissements de la Fondation de l’Armée du Salut pourront pouvoir raconter leurs souvenirs de vacances à leurs amis.

Les vacances sont un maillon essentiel de la chaîne de l’accompagnement des familles et surtout des enfants. L’encadrement des colonies de vacances leur donne la possibilité de découvrir un nouveau mode de vie, basé sur le respect d’une discipline, souple mais bien réelle, et d’apprendre à vivre en collectivité, à user de leur liberté en respectant les autres.

Type de la publication
Actualité