Type de la publication
Actualité

L’Armée du Salut engagée dans la vaccination des sans-abris

Publié le : 22 juin 2021
Texte présentation

Alors que la vaccination est ouverte à tout le monde, la Maison du Partage, centre d’accueil de jour de l’Armée du Salut à Paris a lancé avec Médecins Sans Frontières une campagne de vaccination pour les personnes sans-abris et précaires. Objectif : protéger ces personnes qui sont les plus éloignées des services de santé et de la vaccination. Reportage. 

Image à la une
Vaccination SDF pauvreté précarité logement santé Covid
Blocks
Redacteur
Texte

Michel, 69 ans, vient se faire vacciner, ce mercredi 9 juin matin, au sein de l’accueil de jour, Maison du Partage, géré par la Fondation de l’Armée du Salut et situé dans le 19ème arrondissement de Paris, dans l’est de Paris, à deux pas du canal de l’Ourcq. 

L’accueil de jour accueille et accompagne essentiellement des hommes seuls, des demandeurs d’asile ou des personnes devenues brutalement sans-abris. C’est le cas de Michel qui a connu la Maison du Partage, en 2018, après avoir perdu successivement sa famille dans un accident de voiture, son emploi et son logement.

Michel : « je viens me faire vacciner pour me protéger et protéger les autres »

« Aujourd’hui, j’ai retrouvé un logement après avoir vécu deux ans à la rue et je viens me faire vacciner pour reprendre le travail et surtout me protéger et protéger les autres », affirme-t-il. Trois fois par semaine les équipes médicales de Médecins Sans Frontières ont pris leur quartier au rez-de-chaussée de l’accueil de jour pour alerter, informer et vacciner. 

Block: Texte + Image
Texte

Ils sont nombreux comme Michel à venir se faire vacciner. La majorité d’entre eux a assisté aux sessions de sensibilisation à la vaccination contre la Covid. La campagne de vaccination a été lancée le 8 juin en partenariat avec Médecins Sans Frontières (MSF) pour que les personnes sans-abris et précaires puissent être protégées du virus de la Covid-19. 

« Les sessions de sensibilisation permettent d’informer sur le vaccin, le virus et de mettre en avant l’intérêt de se faire vacciner. La santé est rarement prioritaire pour les personnes vivant à la rue. Et la crise sanitaire a exacerbé les inégalités sociales et sanitaires », insiste l’équipe médicale de MSF. 
 

Texte

42 % des personnes sans-abris se déclarent
« en mauvaise santé » et 16 % « en très mauvaise santé »

2 785 personnes sans solution d’hébergement ont été recensées dans Paris en janvier 2021, lors de « La Nuit de la Solidarité » organisée par la Mairie de Paris, un chiffre en baisse du fait de la prolongation de la trêve hivernale et des efforts des services de l’Etat pour ouvrir davantage de places d’hébergement d’urgence. Mais la problématique de l’accès à la santé des personnes à la rue reste entière.

Dans l’enquête de terrain menée par la Fédération des acteurs de la solidarité (FAS) et la Fédération nationale des SAMU sociaux (FMSS) et publiée en mai 2021, 42 % des personnes interrogées se déclarent « en mauvaise santé » et 16 % « en très mauvaise santé ».

« Les personnes précaires ou sans-abris sont rarement au courant de l’existence des services de santé de proximité. Certaines pensent que le vaccin est payant ! », constate l’équipe de la Maison du Partage.

Dès l’ouverture de la Maison du Partage, à 8 heures, plusieurs personnes sans-abris viennent se mettre à l’abri, prendre une douche, laver leur linge et rencontrer les travailleurs sociaux. L’après-midi, des éducateurs spécialisés sont présents pour aider ces personnes, détruites par la rue, à se reconstruire. La Maison du Partage peut accueillir par temps de grand froid ou de canicule plusieurs centaines de personnes. 

Comme la Maison du Partage, la Cité de Refuge (13ème arrondissement de Paris), établissement historique de l’Armée du Salut en France, a également ouvert ses portes pour vacciner plus de 300 personnes sans-abris. 

Type de la publication
Actualité