Type de la publication
Actualité

Mettre à l’abri de 100 personnes migrantes au mois d’août, en région parisienne

Publie le : 22 septembre 2017
Texte présentation

Le 18 août 2017, plus de 2 300 personnes qui dormaient aux abords du Centre de Premier Accueil des Migrants situé Porte de la Chapelle, à Paris, sont évacuées. Poursuivant l’action intensifiée depuis 2015, la Fondation de l’Armée du Salut se mobilise pour accueillir plusieurs centaines d’entre eux dans différents gymnases en région parisienne. Rétrospective de cet accueil, de douze jours, dans le gymnase Bouttier, à Gournay, en Seine-Saint-Denis, non loin de Marne-la-Vallée, vers lequel 100 migrants sont conduits.

Dès leur arrivée, 98 personnes sont invitées à prendre une collation dans l’espace accueil-cuisine, avec café et thé, en attendant leur tour pour être enregistrés, et se voir remettre une carte nominative avec sa photo d’identité, un lit pliable, un sac de couchage neuf et un kit hygiène.

La majorité viennent du Soudan, mais aussi du Tchad, d’Erythrée et d’autres pays. L’équipe professionnelle (salariés de la société d’intérim Domino), sous la direction d’Emmanuel Ollivier (par ailleurs directeur du centre d’hébergement d’urgence Mouzaïa à Paris), accueille les personnes, avec le soutien de l’équipe municipale, présente sur les lieux. Une réunion est organisée dans les trois langues qui seront toujours utilisées pendant la mission (Français, Arabe et Anglais) pour informer les migrants des règles à respecter au sein du gymnase et du déroulement de leur séjour transitoire à Gournay. Des temps de réunion/information (passage à la préfecture, transferts …) seront très régulièrement organisées durant les 12 jours de cette mise à l’abri. Elles servent aussi à recueillir les besoins, les questions et les propositions des exilés.

Elles contribuent fortement au climat détendu, serein, parce que les hébergés se sentent pris en compte et informés de manière complète et loyale. Par ailleurs, des panneaux d’affichage ont été installés (règlement Fondation pour les gymnases, procédure demande d’asile, plans et informations pratiques, etc.).

Le gymnase est aménagé pour permettre les distributions (vêtements, kits hygiène) et les activités. Une bibliothèque modeste se constitue au fur et à mesure des dons apportés. Du matériel pédagogique et sportif est mis à la disposition des hébergés (ballons, raquettes de ping pong, manuels d’apprentissage de la langue française …) ainsi que des jeux de société. Un espace commun, utilisé pour les repas, sert également pour les cours de français assurés par des professionnels et des bénévoles, et pour les réunions. Deux personnes de la commune interviennent pour traduire des réunions d’information, ainsi qu’une personne accueilli, soudanais, remarqué pour sa connaissance du français, et qui assure les traductions en arabe littéraire.

 Des bénévoles très actifs

A la suite de la publication d’une annonce sur le site de la Mairie de Gournay, des habitants de Gournay puis de Noisy le Grand, et de Champs sur Marne viennent proposer leurs services, avec beaucoup de générosité. Parmi eux, des jeunes adolescents de 12, 13 ans, très heureux d’avoir l’occasion de manifester leur soutien aux exilés. Parmi les activités qu’ils accompagnent : des randonnées sur les bords de Marne, et la visite du château de Champs-sur-Marne, le service des repas, un atelier couture, etc. Les professionnels, de leur côté, animent chaque jour un match de basket, un match de football et un tournoi de ping-pong.

Fin août, les réorientations des personnes accueillies se sont déroulées ainsi :

  • un premier départ, le mardi 29 août vers deux régions (Grand Est et Occitanie) avec 6 sites différents, a concerné : 12 personnes à Troyes, 5 personnes à Nancy, 5 personnes à Mulhouse, 5 personnes à Nîmes, 7 personnes à Montpellier, 3 personnes à Narbonne, soit 37 personnes transférées en bus, accompagnées par des salariés du groupe SOS.
  • un deuxième départ, le 31 août, avec 7 personnes orientées à Pantin et 12 personnes à Bobigny. Ces 19 personnes ont été accompagnées en voiture par des bénévoles.
  • un troisième départ le 1er septembre, avec 18 personnes orientées vers Aubervilliers et 1 personne à Bobigny. Ces 18 personnes ont été accompagnées par la travailleuse sociale en transports publics et l’homme isolé l’a été par une bénévole.

Au final, une très belle synergie (ce qui n’est pas toujours le cas selon les communes d’accueil) a eu lieu entre les organisations et les groupes qui se sont rencontrés à l’occasion de cette mise à l’abri. De nombreux bénévoles et autres intervenants ont signé un livre d’or des messages de remerciement, d’encouragement et de reconnaissance.

Image à la une
Blocks
Redacteur
Type de la publication
Actualité