Type de la publication
Actualité

Retrouver l’estime de soi d’un coup de ciseaux

Publié le : 22 juin 2021
Texte présentation

Les personnes en difficulté ont souvent une image négative de leur corps. Grâce au projet « Humanit’Hair », des étudiants d’un lycée professionnel de coiffure ont décidé de mettre leurs ciseaux et peignes au service des personnes en difficulté accueillies par la Fondation de l’Armée du Salut à Lyon. Une initiative solidaire qui permet de redorer leur estime d’eux-mêmes.

Image à la une
Coiffeur Solidaire Personnes Précaires CHRS
Blocks
Redacteur
Image
Coiffeur Formation Solidaire Personnes Précaires CHRS
Texte

Shampoing, coupe, brushing… Chaque jeudi matin, des résidents de ce centre d’hébergement lyonnais de l’Armée du Salut se rendent au salon de coiffure d’un centre de formation de la ville. Ils y retrouvent les étudiants du lycée professionnel de coiffure. Les apprentis coiffeurs sont à l’écoute des envies et des besoins de ces résidents, touchés par les épreuves de la vie. Les coiffer est donc un moyen de leur redonner confiance.

Les étudiants leur offrent un moment de détente et de bien-être leur permettant ainsi de se recentrer sur leur personne et sur leur corps : « L’intervention des élèves est une source de bien-être pour les résidents, c’est une parenthèse dans leur quotidien et leur parcours, souvent semé d’embûches », précise Claudie, socio-esthéticienne du centre d’hébergement et initiatrice du projet, « Humanit’Hair.

Un projet de classe qui permet de faire se rencontrer deux mondes et plusieurs générations. D’un côté les étudiants, et de l’autre, les résidents du Centre d’Hébergement et de Réinsertion Sociale (CHRS) Lyon-Cité et dont les profils varient. Ce sont des hommes, des femmes avec enfants, des couples, des réfugiés politique, des personnes victimes de violences conjugales ou souffrant d’addictions… 

Un corps abîmé par la vie à la rue

Block: Texte + Image
Texte

« Lorsque j’ai présenté le projet à mes élèves, la notion d’altruisme a tout de suite fait résonnance, ils étaient heureux de pouvoir aider des personnes en difficulté, qui n’ont pas toujours l’opportunité de prendre soin d’elles », explique Alexandre Laforest, professeur des élèves de Certificat d’Aptitude Professionnelle coiffure. 

Certaines personnes accueillies au CHRS n’habitent plus réellement leur corps, tant il est abîmé par leur parcours de vie et parfois de rue. Ces ateliers coiffure hebdomadaires leur permettent de prendre soin de leur corps et d’oser se regarder à nouveau dans le miroir. 

Les effets de ces ateliers n’ont pas tardé à se faire sentir. Des bénéficiaires ont admis avoir repris confiance en eux et se trouver « beaux ». « Je me souviens avoir coiffé un résident la veille de son entretien d’embauche. Ce monsieur manquait de confiance en lui et ne réussissait pas à trouver un emploi. Il a obtenu le poste ! Sans doute parce qu’il avait une meilleure estime de lui », confie Charlotte, élève au lycée professionnel de coiffure. 

 

Image
Coiffeur Formation Solidaire Personnes Précaires CHRS
Texte

Des effets bénéfiques concrets 

Les rencontres entre élèves et résidents du CHRS font naître des échanges et des confidences qui amènent parfois à une prise de conscience, à un déclic. C’est le cas d’une personne qui, à la suite d’une discussion avec un élève, a accepté de suivre des soins psychiatriques. 

Au total, une trentaine de résidents a pu bénéficier de ces ateliers. Au-delà du regain de confiance en soi, le projet « Humanit’Hair » permet aux résidents de gagner en autonomie en prenant les transports en commun et en respectant l’horaire du rendez-vous chez le « coiffeur ».  

Priscilla MAGLIOCCO

Type de la publication
Actualité