Type de la publication
Actualité

Traite des êtres humains : journée de prière pour restaurer la dignité perdue

Publie le : 19 septembre 2019
Texte présentation

Le Bureau international du travail estime à 21 millions le nombre de personnes victimes de la traite des êtres humains et du travail forcé. A l’échelle internationale, l’Armée du Salut participe depuis sa création à la lutte contre la traite des êtres humains et consacre ce dimanche 22 septembre à sa journée annuelle de prière pour les victimes de la traite des êtres humains.

Image à la une
Blocks
Redacteur
Texte

La traite des êtres humains est l’une des grandes injustices que dénonce et combat l’Armée du Salut depuis sa création. Chaque année, une journée de prière est organisée à l’échelle internationale pour mobiliser autour de ce combat : cette année, c’est ce dimanche 22 septembre que se déroule cette journée annuelle, symboliquement intitulée « Pour restaurer la dignité perdue. »

La traite des êtres humains est une forme moderne d’esclavage qui, selon l'Organisation des Nations Unies, représente « un crime grave, portant atteinte aux droits humains fondamentaux et à la dignité humaine. » Les auteurs, hommes ou femmes, abusent d’une position de pouvoir et privent les victimes de leur capacité d’autodétermination : en profitant de leur pauvreté, de leur détresse et des espoirs d’un avenir meilleur, ils les placent dans un rapport de dépendance et d’exploitation par le biais de menaces, violence ou de la servitude pour dettes. Ce type de crime, par ailleurs très lucratif, se produit généralement en secret, invisibilisant le plus souvent les victimes.

Presque tous les pays du monde sont concernés par cette traite, dont sont victimes des personnes tant dans leur pays d'origine que dans des pays de transit ou de destination pour les personnes en exil. Le Bureau international du travail (BIT) calcule qu’actuellement, 21 millions de personnes sont victimes de la traite et du travail forcé à travers le monde. Dans la seule Union européenne, cette situation concernait, en 2013, 880 000 personnes. L’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONDUC), en tant que gardienne de la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée et des Protocoles s'y rapportant, aide les États dans leurs efforts pour mettre en œuvre le Protocole visant à prévenir, réprimer et punir la traite des personnes.

Sources à consulter :

- Les documents ressources mis en ligne sur le site de l’Armée du Salut Internationale : https://www.salvationarmy.org/ihq/antitrafficking

- La Convention NU contre la criminalité transnationale organisée et les Protocoles: http://www.unodc.org/unodc/fr/treaties/CTOC/

- Contact des ministères féminins de l'Armée du Salut France : ministeresfeminins-famille@armeedusalut.fr

Type de la publication
Actualité