Type de la publication
Actualité

Une soirée pour les « Oubliés de la République »

Publie le : 22 février 2019
Texte présentation

Le jeudi 21 février 2019, en plein cœur de Paris, le Collectif des associations unies (CAU) dont la Fondation de l’Armée du Salut est membre, a interpellé les pouvoirs publics sur la détresse sociale et économique des personnes frappées par la grande exclusion. Les grands « Oubliés de la République ». 

Image à la une
Une soirée pour les « Oubliés de la République »
Blocks
Redacteur
Texte

Près de la sculpture L’Ecoute (place Cassin aux Halles), les 36 associations du Collectif des associations unies (CAU), jeudi soir, ont appelé le gouvernement à écouter la détresse des personnes qui vivent sous la société. 4 millions de personnes mal logées et sans abri dans toute la France, 1 milliard d’économie avec la suppression des aides au logement, chiffres à l’appui, le Collectif a rappelé l’aggravation de la grande précarité. 

 « Aujourd’hui rien n’a changé pour les personnes précaires », a tenu à rappeler Brigitte, qui est déléguée au conseil national des personnes accueillies (CNPA) dans les structures sociales et d’insertion. 

La précarité et le mal-logement existent toute l’année
 

Sur la question du droit au logement, Florent Gueguen, directeur général de la FAS (Fédération des acteurs de la solidarité) a souligné que « le gouvernement doit continuer dans l’accueil inconditionnel des personnes sans domicile (...) le budget de l’hébergement doit abonder ».

Le printemps sera synonyme d'angoisse. Et cette année encore, à l’approche de la fin de la trêve hivernale, le 31 mars, des milliers de personnes les plus exclues de notre société se retrouveront sans domicile. Des milliers de places qui ont ouvert temporairement, en hiver, vont en effet progressivement fermer d'ici juin, comme s'il était plus facile et acceptable de dormir dans la rue en été qu'en hiver. 

Block: Texte + Image
Texte

Toutes les associations du CAU demandent aux pouvoirs publics –Etat et collectivités locales – à ce qu'aucune personne hébergée dans le cadre des places hivernales ne soit remise à la rue sans solution de relogement ou d'hébergement avec un accompagnement adapté, quel que soit le statut administratif de la personne.

Toujours mobilisés auprès des personnes victimes d’exclusion, les bénévoles de l’Armée du Salut ont assuré la distribution d’une soupe populaire. La soirée s’est poursuivie sur un ton festif, avec une fanfare et des chanteurs.

Alors qu’aujourd'hui, en France, des personnes sans domicile fixe meurent dans les rues, ces « Oubliés de la République » ont rappelé à l’Etat et au gouvernement que la précarité et le mal-logement existent toute l’année. 
 

Type de la publication
Actualité