Type de la publication
Actualité

Hiver 2019-2020 : plus de 840 places d’hébergement d'urgence ouvertes par l’Armée du Salut pour les personnes sans-abris

Publie le : 23 janvier 2020
Texte présentation

Dans la rue. Le long des autoroutes. Sous les ponts. Dans les recoins des gares ou des parkings. Des femmes, certaines enceintes, des enfants en bas âge ont dormi dans ces endroits indignes avant d’être accueillies par l’Armée du Salut. Face à l’urgence, plus de 840 personnes ont été mises à l’abri. Découvrez leur difficile réalité, grâce à notre reportage. 

Image à la une
Hiver 2019-2020 : plus de 840 places d’hébergement ouvertes par l’Armée du Salut pour les personnes sans-abris
Blocks
Redacteur
Texte

Ancienne cadre. Mère seule avec deux enfants. Manutentionnaire dans une entreprise de gainage de câbles. Père d’un nourrisson. Femme de ménage. Jeune mère souffrante. Sans emploi. Cette constellation de destins se retrouvent dans ces centres d’hébergements hivernaux. Il s’agit parfois de gymnases aménagés pour accueillir des lits plaints, d’anciennes crèches en attente de travaux ou de salles de réunion de bureaux qui accueillent pour l’hiver des familles, des enfants, des femmes et des hommes seuls mais toujours plus nombreux. Tous sans toit.

Cet hiver encore, la Fondation de l’Armée du Salut se mobilise à Paris et sur l’ensemble du territoire français pour mettre à l’abri celles et ceux qui n’ont pas de logement. 

Cartables sur les dos, pains au chocolat entre les mains, les enfants s’apprêtent à aller à l’école. Certains en pyjama prennent encore leur petit-déjeuner pendant que d’autres se font coiffer par leur mère. Ces scènes de vie qui paraissent normales ne le sont pourtant pas. Car elles ont lieu dans les locaux de la Commission de régulation de l’énergie (CRE), dans le VIIIème arrondissement de Paris, qui a ouvert des espaces de ses bureaux aux familles sans toit, pour les accueillir dans ce qui s’appelle « le CHU Pasquier » (centre d’hébergement d’urgence de la rue Pasquier). Un centre pour 30 personnes (16 enfants et 14 adultes) sans domicile et qui sera ouvert jusqu’au mois de mars et dont la Fondation de l’Armée du Salut assure la gestion. « Nous avons installé des lits dans les salles de réunions, d’activité et de stockage. Au maximum, trois familles dorment dans une salle. La plus grande fait 56m2 », explique Caroline, cheffe de service du foyer. Elle est épaulée par deux autres travailleurs sociaux. 

Block: Texte + Image
Image
Hiver 2019-2020 : plus de 840 places d’hébergement ouvertes par l’Armée du Salut pour les personnes sans-abris
Texte

Certains n’ont connu que les centres d’hébergement d’urgence

Alors que l’équipe sociale arpente les couloirs de ce rez-de-jardin, elle croise ces femmes, ces hommes, ces enfants qui ne parlent pas de la précarité de leur vie mais dont le regard témoigne. Couples avec enfants, femmes séparées de leur mari, femmes seules avec un enfant, nouveaux nés, les profils et parcours des personnes sont très différents. « Certaines familles et leurs enfants n’ont connu que les hôtels sociaux et les centres d’hébergement d’urgence alors qu’elles sont en France depuis plusieurs années », constate une jeune travailleuse sociale. Sur les 30 personnes accueillies beaucoup ont connu la vie à la rue, les hébergements chez des amis, chez des connaissances, des hôtels sociaux … ou des centres d’hébergement d’urgence. 

Avant de pousser la porte du centre, certaines familles ont, elles, vécu des expériences traumatisantes. « Après l’accouchement de mon deuxième enfant, j’ai dormi plusieurs jours dans les couloirs bondés de l’hôpital alors que je souffrais d’hypertension », se rappelle Mariama, 36 ans. Sans logement stable et pour échapper à la rue, son mari et son premier fils dormaient eux aussi dans les salles d’attente des hôpitaux. Ce parcours n’est pas singulier : au cours des entretiens dans le bureau de la cheffe de service beaucoup racontent leurs nuits d’errance, sans sommeil et surtout sans-abri. Nombreuses sont les mères et leurs conjoints, nombreux sont les employés en CDI qui font face à la précarité et la pauvreté extrêmes, qui enserrent leur existence.

« Nous accueillons plusieurs familles dont un des membres travaille. Ils ont un salaire mais ils ne gagnent pas assez pour payer un loyer », fait remarquer Caroline. Certains doivent éponger des dettes, d’autres n’ont pas encore « ouvert leurs droits ». 

Image
Hiver 2019-2020 : plus de 840 places d’hébergement ouvertes par l’Armée du Salut pour les personnes sans-abris
Texte

La précarité financière se conjugue avec des parcours administratifs qui ont souffert d’interruptions. « Un couple que nous accueillons n’a jamais eu d’adresse, c’est difficile pour recevoir les courriers, ouvrir un compte en banque et pouvoir ensuite recevoir les aides versées par l’Etat. D’autres ne sont pas suivis par les assistantes sociales », note Caroline, qui a une longue expérience dans l’accompagnement des personnes à la rue. 

En attendant, les recherches de logement stagnent. La précarité, elle, progresse.

Les 155 places ouvertes, à Paris, par la Fondation de l’Armée du Salut et les 460 autres mises à disposition à travers la France ont pour vocation d’accueillir les familles sur un temps cours. Ces CHU constituent des lieux de passages pour que les personnes puissent ensuite bénéficier d’une autre solution adaptée à leur situation. 

Bébé de 15 jours, femme enceinte de 8 mois, 
une femme venant de se faire opérer d’un cancer du sein

Dès 8 heures du matin, les entrées et les sorties sont autorisées dans le gymnase « Château-Landon » situé dans le 10ème arrondissement de Paris et géré par la Fondation de l’Armée du Salut. Des lits de camps sont disposés sous les paniers de basket ou au milieu du parquet. 40 personnes ont été accueillies dès le début du mois de décembre dont un nourrisson de 15 jours. 

A 36 ans, Fatima est mère d’une fille de 16 mois. Elle raconte comment sa vie est devenue un calvaire. « Je suis arrivée en France du Maroc pour rejoindre mon compagnon en août 2017. J’ai été victime de violences conjugales et quelques mois plus tard, il m’a mise dehors ; j’ai appelé le 115. J’ai été hébergée dans un centre d’hébergement d’urgence pendant plus d’un an. A sa fermeture en septembre dernier, nous avons alterné entre des hébergements de courte durée, puis quelques nuits aux urgences et dans les gares », raconte-t-elle. Elle comme d’autres familles ont vécu dans la rue ou dans les campements installés à la périphérie de Paris.

Selon le Samu social, en octobre 2019, cent femmes avec un bébé de moins d'un mois étaient sans solution d'hébergement en Île-de-France. À la fin décembre 2019, 220 familles étaient sans solution d’hébergement. 

« Lorsqu’elles sont arrivées ici, les femmes étaient en larmes et épuisées, raconte Emmanuel Ollivier, le directeur responsable du gymnase. J’ai été surpris de voir arriver une mère avec son bébé de 15 jours, une dame enceinte de 8 mois ou une autre venant de se faire opérer d’un cancer du sein », poursuit-il. 23 heures, quand les lumières sont éteintes et les portes verrouillées, l’obscurité n’est pas totale. La lueur du halo bleu de quelques téléphones éclaire encore ces visages marqués par la fatigue, la souffrance et la précarité. 23 heures, quand chuchotent les rêves détruits.  
 

Type de la publication
Actualité