Type de la publication
Actualité

Aider les plus démunis, surtout en été

Publie le : 15 juillet 2019
Texte présentation

Prendre un repas, une douche, s’hydrater, se reposer un instant, mais aussi pouvoir rencontrer un travailleur social sont des urgences quotidiennes pour les personnes vivant à la rue, et ce d’autant plus lorsque les températures estivales grimpent et que certaines associations ferment leurs portes.

Image à la une
Aider les plus démunis, surtout en été
Blocks
Redacteur
Image
Aider les plus démunis, surtout en été
Texte

C’est pourquoi la Fondation de l’Armée du Salut a décidé de maintenir ouvertes ses structures d’accueil dans plusieurs villes de France (comme à Paris, Dunkerque, Nice, Lyon, Marseille, Mulhouse, etc.) où le soutien alimentaire et social s’intensifie. Tour d’horizon de nos différents services en chiffres et en témoignages. 

Accueil de jour : des besoins accrus en été

La mission d’un accueil de jour, ouvert été comme hiver, permet aux personnes les plus démunies de pouvoir prendre une douche, laver son linge, avoir un repas et un accompagnement social. Marie Guidicelli, directrice de deux accueils de jour de l’Armée du Salut à Paris, explique que « les personnes vulnérables le sont tout autant l’été que l’hiver. Or, pendant les vacances, la plupart des structures solidaires sont fermées, et les plus affaiblis par la chaleur ont des besoins spécifiques. Ils risquent davantage la déshydratation en raison de leur état de santé général, et ont donc besoin d’être encouragés pour boire plus d’eau, prendre une douche pour se rafraîchir et manger des produits frais. Notre public est différent aussi en été, on a beaucoup plus de jeunes qui ont entre 25 et 30 ans ».

Jean-Michel Denis, directeur de l’accueil de jour à Dunkerque, confirme que « l’été est une période sensible, notamment à cause de la pénurie d’hébergements temporaires, encore plus importante qu’en saison hivernale ». Près de 1 900 repas sont servis chaque année dans cette structure de jour, qui a même élargi ses horaires pour pouvoir faire face aux besoins alimentaires. Des collations sont dorénavant servies à 16 h, ce qui permet aux plus précaires de pouvoir supporter une nuit à la rue en ayant mangé. « Nous prévoyons également d’intensifier notre maraude dans la ville de Dunkerque dont la mission première demeure d’orienter un maximum de personnes en errance vers les prestations de l’accueil de jour, ce qui contribuera, on le pense, à augmenter la fréquentation de la structure. 

Au printemps et en été, nous avons également beaucoup de personnes migrantes qui viennent juste d’arriver en France (Soudan, Érythrée, etc.). Ils sont de passage, et  viennent surtout essentiellement pour prendre une douche, recharger leur portable. » En été, il y a moins de violence, moins de tension ressentie, car les personnes restent moins dans les structures.

Type de la publication
Actualité